Dharamsala Dispatch 4: Entrevue avec Claude Arpi

DD4Claude Arpi est écrivain, journaliste, historien, tibétologue et directeur du Pavillon tibétain d’Auroville, en Inde. Il est l'auteur de Tibet, le pays sacrifié, ainsi que de plusieurs articles et d’un très populaire blog où il publie des articles sur le Tibet, la Chine et l’Inde.

Le Pavilion tibétain d’Auroville a été bâti sous la direction de Claude Arpi, avec l’appui, entre autres, du Dalai Lama. Les principaux buts du Pavillon sont d’assurer la présence d’un centre culturel tibétain dans un contexte interculturel aussi stratégique que celui d’Auroville, et d’offrir aux jeunes Tibétains un espace de formation qui bénéficie des recherches et projets expérimentaux qui ont lieu à Auroville depuis trente ans.

La passion de Claude Arpi pour la culture tibétaine va au-delà de son travail pour le Pavillon tibétain. ‘Ce que le Tibet représente est très important’, affirme-t-il. ‘Je crois que beaucoup de gens le pensent aussi et ils luttent pour la cause du Tibet justement parce que, si le Tibet disparaissait de la planète, ce serait une perte immense’.

‘Ce fut une grande perte lorsque la civilisation des Amérindiens fut détruite par les Américains’, ajoute Arpi. ‘Ils avaient une connaissance très profonde de l’environnement… beaucoup plus profonde, à mon avis, que celle de beaucoup de scientifiques d’aujourd’hui. Et cette connaissance fut perdue’.

‘Le savoir tibétain ne doit pas être perdu, car il fait partie du patrimoine mondial. L’UNESCO reconnaît le Potala, le Barkor, le Jokhang, ainsi que de nombreux endroits en Inde, comme faisant partie du patrimoine mondial. La civilisation tibétaine fait aussi partie du patrimoine mondial, et elle est bien plus importante que des bâtiments’.

Pourtant, il y a à peine quelques mois, une pétition internationale contre la destruction du Barkor, à Lhasa, ne semble pas avoir réussi à changer les plans du gouvernement chinois de ‘moderniser’ le cœur historique et culturel de la capitale tibétaine, en y ajoutant un stationnement et un centre d’achats.

C’est pourquoi des centres tels le Pavillon tibétain d’Auroville sont si importants pour le rayonnement et la préservation de la culture tibétaine à travers le monde. Pour en savoir plus visitez le site web du Pavillon.

‘Dharamsala Dispatch’ est une série de notes couvrant la scène artistique et culturelle tibétaine de Dharamsala, en Inde. La série comprend des entrevues avec des membres de la communauté locale, ainsi que de l’étranger, impliqués dans la vie artistique contemporaine tibétaine et dans les efforts de préservation de la culture tibétaine en général.

‘Dharamsala Dispatch’ est rédigé par Eva Cirnu, Coordonnatrice de la section francophone du Comité Canada Tibet.

Comments are closed.