Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

169 organisations pro-Tibet du monde entier exhortent Ban Ki-Moon d'agir pour sauver le Tibet, 3ème pôle glaciaire de la planète

September 17, 2009

17 septembre 2009: Communiqué pour diffusion immédiate.
 
 
169 organisations pro-Tibet du monde entier exhortent Ban Ki-Moon d'agir pour sauver le Tibet, 3ème pôle glaciaire de la planète.
 
À New York le 22 Septembre 2009, les Tibétains et leurs sympathisants manifestent contre la présence de Hu Jintao au Sommet de l'ONU sur le Climat, pour exiger que la Chine laisse à nouveau les nomades tibétains assurer la sauvegarde des prairies du Tibet.
 
Le Comité Canada Tibet a adressé aujourd'hui une lettre au Secrétaire général de l'ONU (1) lui demandant d'user de son influence pour faire pression sur la Chine afin qu'elle instaure des mesures de précaution sur le Plateau tibétain - le 3ème pôle glaciaire de la planète – en raison du changement climatique et concernant les nomades du Tibet. En vue du Sommet de l'ONU sur le Climat prévu le 22/9/2009 à New York, auquel Hu Jintao assistera, 165 organisations pro-Tibet du monde entier - toutes membres de l'International Tibet Support Network - ont co-signé une lettre s'adressant au Secrétaire général de l'ONU. Ce jour-là, les Tibétains et leurs sympathisants vont manifester devant le Centre de Conférences (2) pour protester contre le plan chinois de transfert des populations nomades tibétaines hors de leurs terres ancestrales. Nous exigeons que les nomades soient vraiment considérés comme des partenaires essentiels dans les efforts d'adaptation au changement climatique nécessaires au Tibet et en Asie. 
 
Le Tibet constitue le « 3ème pôle glaciaire de la planète » parce qu'il détient notre plus grande réserve d'eau sous forme de glace au monde, en dehors des pôles nord et sud. Actuellement le Plateau tibétain se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde: cela se traduit par la fonte de ses glaciers et la mise en péril de tous les apports vitaux de son écosystème dont dépend l'existence même de plus d'un milliard d'êtres humains dans dix pays d'Asie.
Pékin poursuit au Tibet une politique continue d'éradication des populations d'éleveurs nomades (3) hors des écosystèmes pourtant au coeur même de leur culture et de leurs moyens de subsistance. Ce transfert d'êtres humains se perpétue alors même que les scientifiques, avec de nouvelles preuves à l'appui (4), insistent de nouveau sur le fait que les pratiques des nomades ne font en réalité qu'améliorer et protéger l'écosystème des prairies d'altitude du Plateau tibétain. Les nomades du Tibet sont donc des partenaires vitaux dans la réhabilitation et la préservation de ces écosystèmes et de leurs apports au bénéfice de toute l'Asie – et en particulier de la Chine.
 
«Durant ces 50 dernières années, Pékin a conduit au Tibet des politiques qui ont gravement porté atteinte à l'environnement et aux ressources naturelles du Toit du monde", a déclaré Dermod Travis. "Aujourd'hui, alors que les écosystèmes du Tibet souffrent déjà d'une surexploitation et de dégradations toujours accrues, viennent s'ajouter les effets multiplicateurs du réchauffement climatique. Face à ce problème gravissime pour notre planète, la réponse de Pékin est d'éliminer de manière définitive l'intégralité des deux millions de nomades des prairies de haute altitude du Tibet. Ces agissements de la Chine mettent en danger non seulement l'existence même des nomades au Tibet, mais aussi l'avenir d'un milliard de personnes dont la vie dépend des écosystèmes du Tibet auparavant d'une grande pureté ».
 
Les Groupes de soutien au Tibet en appellent à M. Ban Ki-Moon - qui a récemment rencontré des éleveurs nomades en Mongolie quant aux adaptations liées au changement climatique - pour défendre les droits des nomades du Tibet lors du Sommet du Climat que le Secrétaire général présidera le 22 septembre. En décembre 2009, une délégation de défenseurs du Tibet viendra exposer ces problèmes lors des négociations sur le climat organisées par l'ONU à Copenhague (Sommet dit ''COP15'').
 
Dans cette instance, ils témoigneront au nom des Tibétains vivant au Tibet qui - parce qu'ils continuent à subir l'occupation chinoise – se voient dénier le droit de pouvoir exprimer librement leurs opinions sur les solutions qui permettraient de répondre au changement climatique et pour pouvoir préserver leur propre culture, leurs moyens d'existence et leur bien-être.
 
"Très peu de personnes sont réellement conscientes des implications derrière l'élimination définitive des nomades des prairies du Tibet. La Chine s'oppose en effet à tout débat sur cette question (5)", a déclaré Travis. "Nous demandons au Secrétaire général Ban Ki-Moon de s'assurer que, dans l'agenda du Sommet sur le changement climatique, les nomades du Tibet soient explicitement considérés comme des partenaires à part entière dans la recherche de solutions pour réagir face au réchauffement climatique au Tibet, qui concerne toutes les populations dont la vie dépend du Plateau tibétain. "
 
Notes: 
1. La lettre de pétition à l'attention de Ban Ki-Moon est consultable sur http://www.tibetnetwork.org/tibetthirdpole-banletter. La lettre demande à M. Ban Ki-Moon d'user de son influence auprès de la Chine pour:
I. Mettre un terme au transfert forcé des nomades tibétains hors de leurs prairies; confier à nouveau aux nomades la sauvegarde des prairies du Tibet.
II. Mettre fin à toutes les exploitations de terres mettant en danger les écosystèmes du Plateau tibétain, en prenant en compte l'intégralité de leurs divers apports vitaux dont ceux relatifs aux ressources en eau.
III. Presser le Gouvernement chinois d'accorder aux nomades tibétains une voix prépondérante dans toute prise de décision concernant la gestion des prairies du Tibet, afin qu'ils puissent donner librement leur accord sur toute mesure destinée à atténuer les effets du changement climatique dans la région ou à s'y adapter.
2. Pour plus d'informations sur les manifestations à New York, contacter ''Students for a Free Tibet'' (Étudiants pour un Tibet Libre): www.studentsforafreetibet.org
 
3. Les statistiques officielles du Pouvoir chinois disent que 89% des nomades de la province de Qinghai (env. 100 000 familles) ont été « réinstallées ». Voir l'étude ''Qinghai: Transfert des populations nomades" réalisée par le Dr Suzette Cooke, sur http://www.case.edu/affil/tibet/tibetanNomads/documents/Qinghai.PDF
En août 2008, Xinhua a annoncé que plus de 73 700 Tibétains nomades seraient « déplacés » hors de leurs terres ancestrales et « réinstallées » dans une zone près du cours supérieur du Fleuve Jaune (préfecture de Gannan; province de Gansu), dans des logements en dur faits de briques. Voir http://news.xinhuanet.com/english/2008-08/15/content_9343243.htm 
En octobre 2008, Xinhua a signalé qu'un grand programme de transfert de populations avait été lancé par les Autorités dans la province du Sichuan: ce plan concerne 470 000 nomades sur une période de 5 ans. Consulter ce document: http://in.reuters.com/article/worldNews/idINIndia-35906320081011  
 
 
5. Le Pouvoir chinois avait déjà admis que l'éradication des populations nomades répond à des objectifs politiques.
En 2007, Zhang Qingli - secrétaire du parti pour la Région ''autonome'' du Tibet - avait déclaré que la ''restructuration de l'agriculture et des communautés d'éleveurs tibétains'' n'avait pas seulement pour but de promouvoir le développement économique, mais qu'elles visaient surtout à contrer l'influence du Dalaï-lama: http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/2008/eap/119037.htm.
En mars 1998, Qi Jingfa, alors Vice-Ministre chinois de l'Agriculture, a été cité par l'agence Xinhua lorsqu'il avait déclaré que la politique du Gouvernement chinois visait à " éradiquer le nomadisme et tous les bergers d'ici à la fin du siècle "...
 
International Tibet Support Network (ITSN) est une coalition mondiale d’organismes non gouvernementaux qui soutiennent la cause du Tibet. La mission de ITSN consiste à optimiser l’efficacité du mouvement mondial pro-Tibet. Même si les positions des organismes membres de ITSN sont différentes quant au futur statut politique du Tibet, il n’en demeure pas moins qu’elles considèrent toutes le Tibet comme un territoire occupé, qu’elles se consacrent à mettre un terme aux violations des droits de l’homme au Tibet et qu’elles travaillent activement à la restauration des droits du peuple tibétain à déterminer, en vertu du droit international, leur propre statut politique, économique, social, religieux et culturel.
 
 
 
 
 
 

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank