Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

Intervention du Canada demandée pour empêcher l'exécution d'un moine Tibétain accusé injustement

January 26, 2004

Montréal, le 26 janvier 2004: Les membres de la communauté tibétaine du Canada et
leurs amis demandent au gouvernement du Canada d'intervenir dans la cause d'un
moine tibétain dont l'exécution est imminente. En ce jour qui souligne le premier
anniversaire de l'exécution de Lobsang Dhondhup, 28 ans, par les communistes
chinois au Tibet, les défenseurs des droits de la personne organisent des
manifestations à l'échelle mondiale pour souligner l'anniversaire de sa mort et trouver
un moyen d'empêcher l'exécution d'une autre personne arrêtée en même temps que
lui. Tenzin Delek Rinpoche, un moine bouddhiste très respecté, pourrait en effet être
exécuté dès le mois d'avril prochain.

Lobsang Dhondhup, 28 ans, et Tenzin Delek Rinpoche, 52 ans, ont été arrêtés en avril
2002 et accusés d'avoir placé des bombes dans l'est du Tibet. Le 2 décembre 2002,
ils furent condamnés à la peine de mort par le gouvernement chinois. Le gouvernement
chinois avait alors assuré les États-Unis et l'Union Européenne que les deux hommes
bénéficieraient d'un procès juste. Malgré ces assurances, un procès secret s'est tenu
et, malgré les protestations internationales, Lobsang Dhondhup a été exécuté le 26
janvier 2003.

Les autorités chinoises n'ont présenté aucune preuve appuyant les accusations
portées contre Tenzin Delek Rinpoche. Le 21 janvier 2004, celui-ci a proclamé son
innocence dans un message enregistré secrètement dans sa prison et sorti
clandestinement.

Tenzin Delek Rinpoche a voué toute sa vie à la préservation de la culture tibétaine. Il
est un maître bouddhiste respecté dans la région du Kham; il a de plus fondé des
écoles où l'on enseigne la langue, la culture et la religion tibétaines. Il est reconnu
comme la réincarnation du Vénérable Lama du Monastère Lithang.

"Dans un cas comme celui-ci, nous attendons un geste fort et significatif de la part du
gouvernement canadien", a déclaré Thubten Samdup, président national du CCT. "Le
Canada doit mettre à profit les liens privilégiés qu'il entretient avec la Chine pour
soulever le cas de Tenzin Delek Rinpoche et des nombreux autres prisonniers
politiques, comme le Panchen Lama, auprès des plus hautes instances chinoises."

À l'automne 2000, le Comité Canada-Tibet lançait une campagne nationale visant à
promouvoir le rôle que devrait jouer le Canada dans l'ouverture de négociations entre
les représentants du Dalaï Lama et le gouvernement chinois. Le but de cette initiative
du CCT, désormais intitulée "Campagne de négociations Tibet-Chine", est de
demander au Premier Ministre du Canada d'agir à titre de médiateur entre les deux
parties. C'est dans le cadre de cette campagne que s'inscrit la visite du Dalaï Lama à
Ottawa du 21 au 24 avril prochain.

Contact: Tenzin Dargyal, tél.: 514.487.0665, courriel: dargyal@tibet.ca

Pour plus d'information:
Tenzin Delek Rinpoche: www.savetenzin.org
Campagne de négociations Tibet-Chine ou visite du Dalaï Lama à Ottawa:
www.tibet.ca

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank