Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

Le Premier ministre doit inclure le Tibet dans les pourparlers avec la Chine

December 10, 2003

MONTRÉAL - À l'occasion de la Journée internationale des droits de l'Homme, et à la
veille de la première visite du Premier ministre Chinois, Wen Jiabao, à Ottawa, le
Comité Canada Tibet (de concert avec le Tibetan Youth Congress et les Étudiants
pour un Tibet libre) demande à Jean Chrétien et à Paul Martin de mettre la question du
Tibet à l'ordre du jour lors de leur rencontre avec Wen Jiabao. Des centaines de
Tibétains et de supporters canadiens manifesteront en faveur de l'ouverture de
négociations durant la première visite officielle du Premier ministre chinois à Ottawa.

La reprise récente de contacts directs entre les représentants du Dalaï Lama et
Beijing a redonné espoir à la diaspora tibétaine et à ses supporters au Canada. 124
membres du Parlement ont signé une lettre en faveur de la campagne " Négociations
Tibet - Chine ". Cette initiative enjoint le Premier ministre canadien à agir comme
intermédiaire de bonne foi dans un dialogue qui pourrait marquer l'amorce de véritables
négociations sur l'avenir du Tibet.

Le Dalaï Lama, qui sera en visite au Canada en avril 2004, a réaffirmé son approche
fondée sur la " voie du milieu " en ce qui concerne les négociations. Lors d'un discours
en Italie le mois dernier, le Dalaï Lama a réitéré sa position de longue date, à savoir
qu'il ne demande pas l'indépendance de son pays, mais plutôt une autonomie
authentique au sein du système politique chinois.

Malgré les assurances du Dalaï Lama, le Premier ministre Wen Jiabao a récemment
déclaré au Washington Post que la Chine maintenait ses conditions préalables à
l'ouverture de négociations - à savoir que le Dalaï Lama renonce à l'indépendance tant
du Tibet que de Taiwan.

" Nous demandons au Premier ministre du Canada de mettre à profit les bonnes
relations qu'il entretient avec la Chine pour éliminer les obstacles et aider le dialogue
actuel à déboucher sur des négociations sans conditions préalables. Nous ne
demandons pas au Canada de prendre position sur le statut politique du Tibet ", a
déclaré Thubten Samdup, président national du Comité Canada Tibet. " Le Canada est
le pays idéal pour jouer un rôle aussi crucial dans le règlement de la question du Tibet
".

Même si Paul Martin n'entre en fonction que le 12 décembre, le lendemain de la visite
de Wen Jiabao à Ottawa, les Tibétains estiment qu'il devrait déclarer son soutien à
des négociations sur le Tibet tant publiquement qu'en entretiens privés avec les
officiels chinois, étant donné le consensus grandissant au sein du Parlement canadien
et l'appui de la population.

" Paul Martin a déclaré que la politique du Canada en matière d'affaires étrangères
devrait toujours exprimer les préoccupations des Canadiens et que le Parlement se
devait d'être le messager du peuple à Ottawa ", d'ajouter Thubten Samdup. " Le
Parlement a envoyé un message clair sur la question du Tibet. Le temps est
maintenant venu de travailler ensemble et de passer à l'action. "


Contact : Thubten Samdup, président, Comité Canada Tibet : (514) 867-6770 (cell.)
Bureau national du CCT : 514.487.0665

Visitez www.tibet.ca pour de l'information sur :
· Les manifestations en faveur des négociations le 11 décembre à Ottawa
· La campagne Négociations Tibet - Chine (liste à jour des député(e)s signataires de la
lettre au Premier ministre)
· L'historique des négociations sur la question du Tibet


 

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank