Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Si nous voulons contribuer à l’avènement d’un avenir plus heureux, plus stable et plus civilisé, chacun de nous doit cultiver un sentiment sincère et chaleureux de fraternité. »

Déclaration de Sa Sainteté le Dalaï Lama à l'occasion du 52e anniversaire du soulèvement national tibétain

March 10, 2011

Aujourd'hui marque le 52 èmeanniversaire de tibétain peuple pacifique le soulèvement de 1959 contre la Chine la répression communiste dans la capitale tibétaine Lhassa, et le troisième anniversaire de la non-violentes manifestations qui ont eu lieu au Tibet en 2008. A cette occasion, je tiens à rendre hommage et prier pour ces braves hommes et femmes qui ont sacrifié leur vie pour la juste cause du Tibet. Je tiens à exprimer ma solidarité avec ceux qui continuent à subir la répression et de prier pour le bien-être de tous les êtres.

Pour plus de soixante ans, les Tibétains, en dépit de la privation de liberté et de vivre dans la peur et l'insécurité, ont été en mesure de maintenir leur identité unique du Tibet et des valeurs culturelles. Plus par voie de conséquence, les générations successives de nouveaux, qui n'ont aucune expérience de la libération du Tibet, ont courageusement pris la responsabilité de faire avancer la cause du Tibet. Voilà qui est admirable, car ils illustrent la force de la résilience du Tibet.

Cette terre appartient à l'humanité et la République populaire de Chine (RPC) appartient à ses 1,3 milliard de citoyens, qui ont le droit de connaître la vérité sur l'état des affaires dans leur pays et le monde entier. Si les citoyens soient pleinement informés, ils ont la capacité de distinguer le vrai du faux. La censure et la restriction de l'information, violent la dignité humaine de base. Par exemple, les dirigeants chinois considèrent l'idéologie communiste et ses politiques pour être exact. Si tel était le cas, ces politiques devraient être rendus publics avec confiance et ouvert à l'examen.

La Chine, avec la plus grande population du monde, est une puissance mondiale émergente, et j'admire le développement économique, il a fait. Il a également un énorme potentiel de contribuer au progrès de l'homme et la paix mondiale. Mais pour ce faire, la Chine doit gagner le respect de la communauté internationale et la confiance. Afin de gagner le respect des chefs de file de la Chine doit développer une plus grande transparence, leurs actions correspondant à leurs paroles. Pour ce faire, la liberté d'expression et la liberté de la presse sont indispensables. De même, la transparence dans la gouvernance peut aider à la corruption à cocher. Ces dernières années, la Chine a vu un nombre croissant d'intellectuels appelant à une réforme politique et une plus grande ouverture. Le Premier ministre Wen Jiabao a également exprimé son soutien à ces préoccupations. Ces indications sont importantes et je leur souhaite la bienvenue.

La République populaire de Chine est un pays comprenant de nombreuses nationalités, enrichi par la diversité des langues et des cultures. Protection de la langue et la culture de chaque nationalité est une politique de la RPC, qui est clairement énoncé dans sa constitution. Tibet est la seule langue de préserver l'ensemble des enseignements du Bouddha, y compris les textes sur la logique et les théories de la connaissance (épistémologie), dont nous avons hérité de l'Inde l'Université de Nalanda. Il s'agit d'un système de connaissances gouverné par la raison et la logique qui a le potentiel de contribuer à la paix et le bonheur de tous les êtres. Par conséquent, la politique de porter atteinte à une telle culture, au lieu de les protéger et de développement, sera d'un montant à long terme à la destruction du patrimoine commun de l'humanité.

Le gouvernement chinois affirme souvent que la stabilité et le développement au Tibet est le fondement de son long-terme bien-être. Toutefois, les autorités continuent de la station un grand nombre de troupes dans tout le Tibet, des restrictions croissantes sur le peuple tibétain. Tibétains vivent dans la peur constante et l'anxiété. Plus récemment, de nombreux intellectuels tibétains, des personnalités publiques et les environnementalistes ont été punis pour articuler les aspirations du peuple tibétain de base. Ils ont été emprisonnés pour avoir prétendument "subversion du pouvoir de l'Etat" alors qu'en réalité, ils ont donné la parole à l'identité tibétaine et le patrimoine culturel. Ces mesures répressives à saper l'unité et la stabilité. De même, en Chine, les avocats qui défendent les droits des personnes, des écrivains indépendants et militants des droits humains ont été arrêtés. Je demande instamment aux dirigeants chinois de revoir ces développements et de libérer ces prisonniers de conscience immédiatement.

Le gouvernement chinois affirme qu'il n'y a pas de problème au Tibet autres que les privilèges personnels et le statut du dalaï-lama. La réalité est que l'oppression continue du peuple tibétain a provoqué généralisée, un profond ressentiment contre la politique officielle actuelle. Les gens de tous les horizons de la vie souvent exprimer leur mécontentement. Qu'il y ait un problème au Tibet se reflète dans le refus des autorités chinoises à faire confiance Tibétains ou les fidéliser. Au lieu de cela, le peuple tibétain vit sous suspicion et de surveillance constants. visiteurs chinois et étrangers au Tibet corroborer cette triste réalité.

C'est pourquoi, comme nous avons pu envoyer des délégations d'enquête au Tibet dans les années 1970 et début des années 1980 parmi les Tibétains en exil, nous proposons des visites similaires à nouveau. Dans le même temps, nous encourageons l'envoi de représentants des organismes internationaux indépendants, y compris les parlementaires. Si ils devaient trouver que les Tibétains au Tibet sont heureux, nous aurions facilement l'accepter.

L'esprit de réalisme qui a prévalu sous la direction de Mao dans le début des années 1950 a conduit la Chine à signer l'accord en 17 points avec le Tibet. Un même esprit de réalisme a prévalu une fois de plus pendant le temps de Hu Yaobang, dans le début des années 1980. S'il y avait eu une continuation d'un tel réalisme la question du Tibet, ainsi que plusieurs autres problèmes, aurait pu facilement être résolu. Malheureusement, les vues conservatrices déraillé ces politiques. Le résultat est que, après plus de six décennies, le problème est devenu plus difficile à résoudre.

Le plateau tibétain est la source des grands fleuves de l'Asie. Parce qu'il a la plus grande concentration de glaciers en dehors de deux pôles, il est considéré comme le troisième pôle. dégradation de l'environnement au Tibet aura un impact négatif sur de grandes parties de l'Asie, en particulier sur la Chine et le sous-continent indien. Les gouvernements central et local, ainsi que le public chinois, devrait se rendre compte de la dégradation de l'environnement du Tibet et élaborer des mesures durables afin de les protéger. Je lance un appel à la Chine de prendre en compte la survie des personnes touchées par ce qui se passe de l'environnement sur le plateau tibétain.

Dans nos efforts pour résoudre la question du Tibet, nous avons poursuivi avec constance l'mutuellement bénéfique Moyen-Way approche, qui vise une véritable autonomie pour le peuple tibétain au sein de la République populaire de Chine. Dans nos entretiens avec des fonctionnaires du-Unis, le gouvernement chinois Département de Travail du Front, nous avons clairement expliqué en détail espoirs du peuple tibétain et les aspirations. L'absence de réponse positive à nos propositions raisonnables à se demander si ces intégralement et fidèlement transmis aux autorités supérieures.

Depuis l'Antiquité, les peuples tibétain et chinois ont vécu en tant que voisins. Ce serait une erreur si nos différences non résolues ont été d'affecter cette amitié séculaire. Des efforts particuliers sont faits pour promouvoir les bonnes relations entre les Tibétains et les Chinois vivant à l'étranger et je suis heureux que cela a contribué à une meilleure compréhension et d'amitié entre nous. Tibétains de l'intérieur doit également entretenir de bonnes relations avec nos frères et sœurs chinois.

Ces dernières semaines, nous avons été témoins remarquables non-violentes luttes pour la liberté et la démocratie dans différentes parties de l'Afrique du Nord et ailleurs. Je suis un ferme partisan de la non-violence et les personnes-pouvoir et ces événements ont montré une fois de plus que déterminée action non-violente peut en effet apporter des changements positifs. Nous devons tous espérer que ces changements inspirant conduire à la liberté, le bonheur véritable et de prospérité pour les peuples de ces pays.

L'une des aspirations J'ai chéri depuis l'enfance est la réforme de la structure politique et social du Tibet, et dans les quelques années où j'ai occupé puissance au Tibet, j'ai réussi à faire quelques changements fondamentaux. Bien que je n'ai pas pu aller plus loin au Tibet, je n'ai ménagé aucun effort pour le faire depuis notre arrivée en exil. Aujourd'hui, dans le cadre de la Charte des Tibétains en exil, le Kalon Tripa, les dirigeants politiques et les représentants du peuple sont élus directement par le peuple. Nous avons pu mettre en œuvre la démocratie en exil qui est conforme aux normes d'une société ouverte.

Dès les années 1960, j'ai souligné à maintes reprises que les Tibétains ont besoin d'un leader, élu librement par le peuple tibétain, à qui je peux déléguer des pouvoirs. Maintenant, nous avons clairement atteint le temps de mettre cela en effet. Au cours de la onzième session à venir de la quatorzième Parlement tibétain en exil, qui commence le 14 eMars, je vais proposer officiellement que les modifications nécessaires soient apportées à la Charte des Tibétains en exil, en raison de ma décision de déléguer mes pouvoirs au chef élu .

Depuis que j'ai fait mon intention claire J'ai reçu plusieurs demandes et sérieux à la fois de l'intérieur et à l'extérieur du Tibet, de continuer à fournir le leadership politique. Mon désir de déléguer le pouvoir n'a rien à voir avec un désir de se soustraire à la responsabilité. Il est dans l'intérêt des Tibétains dans le long terme. Ce n'est pas parce que je suis découragé. Les Tibétains ont placé une telle foi et de confiance en moi que l'un d'entre eux, je me suis engagé à jouer mon rôle dans la juste cause du Tibet. J'espère que, progressivement, les gens finiront par comprendre mon intention, sera l'appui de ma décision et en conséquence qu'elle prenne effet.

Je voudrais saisir cette occasion pour rappeler la gentillesse des dirigeants des différentes nations qui défendent la justice, les membres des parlements, des intellectuels et des groupes de soutien au Tibet, qui ont été fermes dans leur soutien au peuple tibétain. En particulier, nous nous souviendrons toujours de la gentillesse et un appui constant du peuple et de gouvernement de l'Inde et les gouvernements d'État à aider généreusement les Tibétains préserver et de promouvoir leur religion et de la culture et à assurer le bien-être des Tibétains en exil.

Pour tous, je vous offre mes sincères remerciements.

Avec mes prières pour le bien-être et le bonheur de tous les êtres sensibles.

10 Mars 2011
Dharamsala

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank