Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Si nous voulons contribuer à l’avènement d’un avenir plus heureux, plus stable et plus civilisé, chacun de nous doit cultiver un sentiment sincère et chaleureux de fraternité. »

Le Dalaï Lama presse la Chine de manifester clairement son appui au dialogue

March 10, 2006

Des centaines de Tibétains et de sympathisants se rassembleront à Ottawa pour demander au Canada de jouer un rôle actif dans la mise en place de négociations réelles sur la question tibétaine.
 
Ottawa, le 10 mars 2006 – En compagnie de leurs sympathisants canadiens, des Tibétains des communautés d'Ottawa, Toronto et Montréal tiendront un rassemblement pacifique aujourd'hui à Ottawa afin de souligner le quarante-septième anniversaire du soulèvement de Lhassa. Le rassemblement débutera sur la Colline parlementaire à 13h, alors que les déclarations du Dalaï Lama ainsi que de députés de tous les partis politiques seront présentées aux sympathisants. Le rassemblement se déplacera ensuite en direction de l'Ambassade de Chine et se conclura avec des prières pour la longue vie du Dalaï Lama.
 
Dans sa déclaration annuelle du 10 mars, le Dalaï Lama a réitéré son engagement de longue date en faveur de l'approche de la Voie médiane afin de résoudre la question tibétaine. Il a déclaré qu'il ne revendiquait que l'auto détermination et une autonomie authentique pour le peuple tibétain, comme la constitution chinoise le garantit. À propos d'une cinquième série de réunions entre Ses envoyés et la Chine le mois dernier, le Dalaï Lama a affirmé qu'elle «a permis aux deux parties de déterminer avec précision les principales différences de vue qui demeurent entre nous» et que les parties «ont aussi pris la mesure des conditions nécessaires à la résolution de ces différences.» Les envoyés ont également fait part aux autorités chinoises du désir de Sa Sainteté de visiter la Chine lors d'un pèlerinage et de prendre connaissance des changements et du développement en Chine. Le Dalaï Lama a pressé les autorités chinoises de manifester leur intérêt pour le dialogue actuel par des «gestes significatifs». «Une atmosphère positive ne peut être créée par un seul côté», affirme le Dalaï Lama. «Comme le dit un vieil adage tibétain, une seule main ne suffit pas pour faire entendre un applaudissement».
 
Plus tôt cette semaine, le Gouverneur de la Région autonome du Tibet, Champa Phuntsok, a reconnu que les discussions entre les envoyés du Dalaï Lama et le gouvernement chinois n'avaient pas encore produit de négociations substantielles. Après la visite en Chine des envoyés du Dalaï Lama le mois dernier, un porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères a minimisé l'importance de la visite en affirmant que «des Tibétains de l'étranger visitaient leur mère-patrie en leur qualité personnelle». Les attaques verbales de la Chine envers le Dalaï Lama, y compris les accusations de séparatisme, se sont poursuivies tout au long de l'année dernière.
 
«Après cinq séries de discussions sur le Tibet depuis 2002 et le dénigrement continu du Dalaï Lama par la Chine, le Canada doit augmenter significativement sa pression sur la Chine afin de résoudre pacifiquement la question tibétaine en engageant de réelles négociations», a soutenu Tenzin Dargyal du Comité Canada Tibet. «Nous sommes confiants que la cause tibétaine continuera de susciter un fort appui parlementaire au sein du nouveau gouvernement du Canada. Plus encore, nous attendons de lui des actions concrètes afin de faire de négociations significatives sur le Tibet un élément central de la politique sur la Chine de ce nouveau gouvernement.»
 
Malgré les discussions sur le Tibet, il n'y a aucune indication claire que la Chine a l'intention de cesser son oppression du peuple tibétain. Le mois dernier, trois nonnes et deux moines bouddhistes ont été arrêtés après qu'ils aient demandé à ce que les Jeux olympiques de Beijing n'aient pas lieu jusqu'à ce que la question tibétaine ait été résolue pacifiquement. Dans son rapport annuel de 2006, Human Rights Watch a souligné que les autorités chinoises ont intensifié leurs campagnes de rééducation centrées sur l'opposition au Dalaï Lama. En novembre 2005, plusieurs moines ont été détenus et d'autres ont été expulsés de leur monastère à la suite d'une vague de répression au monatère Drepung à Lhassa en raison de la résistance des moines à la campagne «d'éducation patriotique». Par ailleurs, la Chine a refusé pendant plus d'une décennie d'autoriser l'accès au jeune garçon que le Dalaï Lama a identifié comme le nouveau Panchen Lama en 1995.
 
La présence accrue des entreprises canadiennes en Chine provoque également des inquiétudes auprès des Tibétains et de leurs sympathisants. Des compagnies importantes telles que Bombardier, Nortel et Power Corporation fournissent des technologies pour le controversé projet de chemin de fer Golmud-Lhassa. Plusieurs Tibétains craignent que ce premier chemin de fer reliant la Chine centrale au Tibet ne représente la solution finale de Beijing afin d'éliminer ce qu'il reste de l'identité et de la culture tibétaines. Cinq firmes minières canadiennes opèrent présentement au Tibet. Jusqu'ici, aucune des entreprises canadiennes présentes au Tibet n'ont démontré convenablement que leurs projets bénéficient véritablement au peuple tibétain.
 
«Dans les derniers mois, les autorités chinoises ont répété leur engagement envers le "développement pacifique" de la Chine et l'édification d'une "société harmonieuse". L'on doit exiger de la Chine qu'elle tienne sa parole», a déclaré M. Dargyal. «Par l'augmentation de sa pression et des actions concrètes, les gouvernements tels que celui du Canada restent des joueurs-clé afin d'assurer que la Chine respecte ses engagements en faveur d'une paix réelle entre le Tibet et la Chine.»
 
À propos du 10 mars
Le 10 mars est symboliquement considéré par les Tibétains comme le jour de la perte de leur pays aux mains de la Chine. Le 10 mars 1959, des milliers de Tibétains se sont révoltés contre l'administration chinoise en raison de l'oppression et la brutalité systématiques sous l'occupation de la Chine. Le soulèvement fut écrasé par l'Armée populaire de libération, qui tua des dizaines de milliers de Tibétains et en envoya plusieurs milliers d'autres dans des camps de travail forcé. La répression chinoise a mené Sa Sainteté Dalaï Lama vers l'exil, d'où il travaille depuis sans relâche à trouver un terrain d'entente avec le gouvernement de la République populaire de Chine.
 
L'on peut trouver la déclaration intégrale du le Dalaï Lama à l'occasion du 10 mars à www.tibet.ca.
 
Pour plus de renseignements sur le Comité Canada Tibet, visitez www.tibet.ca.
 
Contact
 
Tenzin Dargyal – Coordanateur national
Comité Canada-Tibet, Bureau national
Tel : 514.487.0665
Cellulaire : 514.235.0205’
Courriel : ctcoffice@tibet.ca

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank