Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Si nous voulons contribuer à l’avènement d’un avenir plus heureux, plus stable et plus civilisé, chacun de nous doit cultiver un sentiment sincère et chaleureux de fraternité. »

« En tout lieu et à tout moment » le Dalaï Lama se dit prêt à rencontrer le gouvernement chinois

March 10, 2002

Montréal, le 10 mars 2002 : Alors que les membres de la communauté tibétaine et
 leurs amis se rassemblent aujourd'hui sur la colline du Parlement pour commémorer
 le soulèvement de Lhassa de 1959, le Dalaï Lama réaffirme son engagement de
 longue date à établir un dialogue avec la Chine. « Mes représentants désignés se
 tiennent prêts à rencontrer les délégués officiels du gouvernement chinois, en tout lieu
 et à tout moment, dès réception d'un signal positif de la part de Pékin » déclare-t-il
 dans l'allocution à l'occasion du 10 mars prononcée à Dharamsala, en Inde, où il se
 remet d'une maladie contractée en janvier qui a entraîné l'annulation de sa visite à
 Ottawa le mois prochain.

 Le Dalaï Lama ne mâche pas ses mots quand il évoque la campagne internationale
 contre le terrorisme : « …ce serait faire preuve d'hypocrisie que de condamner et
 combattre ceux qui se sont soulevés, poussés par la colère et le désespoir, tout en
 continuant d'ignorer ceux qui prônent avec constance le dialogue et la modération. » À
 propos des mesures adoptées par les gouvernements, il ajoute : « Malheureusement,
 celles-ci ont un défaut : elles ne prennent pas en compte les causes qui sont à
 l'origine du terrorisme ».

 Pendant ce temps, le gouvernement chinois accentue sa campagne « Frapper fort »
 contre les « minorités », sous prétexte de combattre le terrorisme. L'an dernier, la
 Chine a encore renforcé la discrimination envers les Tibétains comme en témoignent
 d'abondants rapports sur la torture, la détention arbitraire et la répression religieuse
 dont ils sont victimes. Les nouveaux projets de « développement » de la Chine au
 Tibet menacent de détruire aussi bien le mode de vie des Tibétains que leur fragile
 environnement. « Les véritables terroristes, ce sont les dirigeants chinois » dénonce
 Thubten Samdup, président du Comité Canada Tibet. « Les violations des droits de la
 personne sont des actes de terrorisme; l'incarcération d'enfants, du terrorisme; la
 destruction de la culture, du terrorisme. Si les pays démocratiques ont vraiment foi
 dans les valeurs qu'ils prônent, comme la paix et le dialogue, il est grand temps que
 l'un d'entre eux prenne l'initiative d'amener la Chine à négocier avec des représentants
 du Dalaï Lama. »

 Le 10 mars 1959, la population de Lhassa entoura le palais de Norbulinka pour
 empêcher l'arrestation du Dalaï Lama par les forces militaires chinoises stationnées
 dans la ville. Plus de 10 000 Tibétains périrent et le Dalaï Lama dut s'exiler en Inde.

Pour information :
 Français - Bureau du CCT - (514) 487-0665
 Anglais - Thubten Samdup - (514) 867-6770 (cellulaire)

 # # #

 Vous trouverez sur le site du CCT (www.tibet.ca) la déclaration intégrale du Dalaï
 Lama ainsi que l'information sur le 10 mars et sur la campagne d'appui aux
 négociations actuellement en cours au Canada.

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank