Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Compassion et tolérance ne sont pas des signes de faiblesse mais de force. »

Journée internationale des droits de la personne: lettre du CCT au Premier Ministre Stephen Harper

December 08, 2014

8 Décembre 2014

 

Journée internationale des droits de la personne

Cher Premier Ministre Harper,

En 1950, la même année que Sa Sainteté le Dalai Lama a assumé le pouvoir politique au Tibet, à l’âge de quinze ans, les Nations Unies proclamaient la Journée internationale des droits de la personne en tant que rappel du fait que les droits de la personne et les libertés fondamentales concernent tous les gouvernements et peuples.

Moins de deux semaines après, le 22 décembre 1950, le Dalai Lama fut forcé à fuir la capitale du Tibet, Lhassa, suite aux menaces de l’invasion des forces chinoises.

Aujourd’hui, presque 64 plus tard, la Journée internationale des droits de la personne marque aussi le 25ème anniversaire du décernement du Prix Nobel de la Paix au Dalai Lama. A cette occasion, le Comité Nobel avait declaré: “Dans l’opinion du comité, le Dalai Lama a apporté des propositions constructives et d’avenir, concernant la résolution des conflits internationaux, les questions de droits de la personne et les problèmes environnementaux mondiaux”.

Malheureusement, malgré ces propositions constructives, il n’y a eu que peu de progrès dans la résolution du conflit au Tibet. Le peuple tibétain continue à souffrir sous l’emprise de l’oppression chinoise et, âgé de presque 80 ans, le Dalai Lama continue à vivre en exil, en Inde, en espérant pouvoir retourner chez lui.

Ici au Canada, la politique nationale est souvent décrite en termes de valeurs partagées, incluant la démocratie, le respect de la loi et des droits de la personne. Toutefois, dans ce monde de plus en plus intégré, de telles valeurs sont elles-mêmes à risque, si elles ne sont pas protégées et promues, autant ici qu’à l’étranger, dans des pays où les Canadiens ont des liens familiaux, culturels ou économiques.

Cette année a été une année difficile pour les Tibétains. Les violations systémiques des droits de la personne auxquelles ils font face à tous les jours sont ancrées dans un système politique qui cherche à éliminer tous les aspects de l’identité tibétaine.

Les Tibétains n’ont que des opportunités de recours limitées devant des relations de pouvoir asymétriques; en même temps, les efforts faits pour générer du soutien international ont été decevants. Les pays démocratiques optent de plus en plus pour un soutien diminué à la cause tibétaine, afin de protéger leurs intérêts commerciaux et d’encourager les investissements chinois.

M. le Premier Ministre, il est facile de se tenir debout pour les droits de la personne alors qu’il n’y a pas de prix à payer. Le défi des Canadiens est le suivant: sommes-nous prêts à protéger nos valeurs nationales même s’il n’y a pas de gain financier à atteindre ou que de potentiels bénéfices économiques pourraient en être à risque?

Nous croyons que le lien économique fort entre le Canada et la Chine devrait servir comme opportunité de promouvoir les droits de la personne. Nous faisons appel au Canada pour que notre gouvernement travaille avec d’autres gouvernements et crée de la pression afin que la Chine respecte les droits de la personne au Tibet. A cette fin, nous offrons les recommendations suivantes:

·         Faire appel aux autorités chinoises pour obtenir la libération pour raisons médicales de Tenzin Delek Rinpoche, prisonnier politique. Rinpoche a été emprisonné il y a plus de sept ans et on rapporte qu’il est actuellement grièvement malade. La pression internationale est nécessaire afin qu’il soit libéré le plus tôt possible;

·         Monitoriser les activités des compagnies canadiennes au Tibet et créer un ‘Bureau du Tibet’ au sein de l’Ambassade canadienne à Beijing. Le Bureau pourrait renseigner les investisseurs sur les inquiétudes au sujet des droits de la personne au Tibet et pourrait offrir des exemples de pratiques qui porteraient sur l’impact potentiel des investissements canadiens sur les droits de la personne au Tibet;

·         Encourager le Gouvernement chinois à permettre le pélerinage religieux de Sa Sainteté le Dalai Lama à des lieux sacrés boudhistes, incuant Wutai Shan;

·         Encourager la Chine à recommencer les négociations avec les représentants de Sa Sainteté le Dalai Lama, sur la base du Mémorandum sur la réelle autonomie pour le peuple tibétain (2008) et son addendum (2010).

Le Conseil d’administration et les membres du Comité Canada Tibet apprécient et sont conscients de la tradition du Canada de défense des droits de la personne au Tibet et au monde. Nous demeurons dédiés à travailler avec le Gouvernement du Canada afin de développer des moyens nouveaux et innovateurs pour s’assurer que cette tradition continue, afin que le peuple tibétain puisse bientôt vivre en paix.

Cordialement,

Carole Samdup

Directrice Exécutive

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank