Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Si nous voulons contribuer à l’avènement d’un avenir plus heureux, plus stable et plus civilisé, chacun de nous doit cultiver un sentiment sincère et chaleureux de fraternité. »

Le Canada devrait coparrainer une résolution sur la Chine

February 28, 2001

Montréal, le 28 février 2001 : Le réseau international des groupes de soutien au Tibet,
l'International Tibet Support Network (ITSN), fait porter toute son attention sur Ottawa
cette semaine, où des représentants officiels du gouvernement canadien rencontrent
des organismes de défense des droits de l'homme pour discuter de la stratégie à
adopter lors de la prochaine réunion de la Commission des droits de l'homme des
Nations unies (UNCHR). Le Comité Canada Tibet, membre de l'ITSN, presse le
Canada de revenir à la politique suivie avant 1997, soit le coparrainage des résolutions
sur la Chine à la Commission.

"Le parrainage d'une résolution sur la Chine est non seulement justifié mais aussi
indispensable pour démontrer l'ampleur du soutien international à la défense des droits
de l'homme au Tibet " a déclaré Carole Samdup, vice-présidente d'ITSN. " Dialogue et
résolution ne doivent pas s'exclure mutuellement et la détérioration de la situation au
Tibet nous montre que le dialogue seul n'aboutit à rien."

Les pressions internationales en vue d'un retour à la résolution ne cessent de croître.
Cette semaine, le président Bush a annoncé que son gouvernement avait l'intention de
présenter une résolution sur la Chine à la Commission des droits de l'homme des
Nations unies. Cette déclaration survient quelques jours à peine après une rencontre
des représentants de l'Union européenne et de la Chine à Stockholm dans le cadre du
dialogue bilatéral sur les droits de l'homme.

Le conseil Affaires générales de l'Union européenne a admis en janvier que le dialogue
n'est une option acceptable que si des progrès sont réalisés sur le terrain. Cette
remarque fait suite à la publication récente d'un rapport d'un comité parlementaire du
Royaume-Uni qui ne mâche pas ses mots et conclut que la politique de dialogue avec
la Chine n'a pas donné de résultats concrets.

Une coalition d'organisations non gouvernementales canadiennes a demandé à Bill
Graham, président du Comité permanent du Canada sur les Affaires étrangères et le
commerce international, qu'un débat semblable ait lieu à Ottawa avant la session de la
Commission des droits de l'homme des Nations unies afin d'évaluer les progrès
réalisés dans le cadre du dialogue bilatéral avec la Chine.

L'ITSN est un réseau regroupant plus de 100 organisations non gouvernementales de
tous les continents - Amérique du Nord et du Sud, Europe, Afrique, Asie et
Moyen-Orient - qui unissent leurs efforts dans des campagnes internationales pour
atteindre un objectif commun, à savoir un plus grand respect des droits de l'homme au
Tibet. La 57e session de la Commission se déroulera du 19 mars au 27 avril à Genève.

Pour information : Carole Samdup, 514-487-0665.

Pour complément d'information (en anglais) :

Voir le document " Presentation to the Department of Foreign Affairs: NGO
Consultations for the UN Commission on Human Rights, février 2001 " sur le site du
CCT http://www.tibet.ca

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank