Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

La découverte du Tibet dans les Prairies

June 12, 2000

Le St. Norbert Arts Centre annonce qu'il accueillera trente grands artistes tibétains,
tous issus de la communauté tibétaine en exil, à titre d'artistes résidents dans le
cadre du Festival tibétain qui aura lieu du 14 au 31 juillet 2000.

Winnipeg, Manitoba, le 12 juin 2000 - Les ruines d'une chapelle monastique. Peut-on
rêver d'un meilleur emplacement pour la tenue d'un festival d'arts sacrés tibétains ? La
tenue de ce festival du 14 au 31 juillet 2000 est maintenant confirmée. Les ruines du
monastère se transformeront donc en temple bouddhiste tibétain pendant deux
semaines d'échanges culturels et spirituels entre les artistes tibétains accueillis à titre
d'artistes résidents d'une part, et les citoyens ainsi que la communauté artistique de
Winnipeg et des villes environnantes d'autre part.

« Nous sommes très heureux de pouvoir offrir un programme d'une telle ampleur, d'une
telle profondeur et d'une telle portée », déclare Louise W. May, directrice artistique du
St. Norbert Arts Centre. « Il illustre parfaitement l'enracinement de l'excellence dans
des formes d'art traditionnel remontant au 14e siècle. »

Cet événement culminera avec la première présentation en Amérique du Nord de
l'intégralité de l'opéra tibétain « Sukyi Nyima», un récit mythique qui traite de passion
et de renouvellement. L'institut tibétain des arts de la scène, le Tibetan Institute of
Performing Art ou TIPA (Dharamsala, Inde) et Chaksam-pa, la troupe de danse et
d'opéra tibétains (Amérique du Nord et Europe), seront réunis dans le cadre d'une
production sans précédent.

Cinq mois après sa fuite en exil, accompagné d'environ 100 000 Tibétains, le Dalaï
Lama créa le TIPA, le 11 août 1959, à Kalimpong. Le TIPA devint ainsi la première
institution à naître au sein de la communauté tibétaine en exil en Inde. Cette décision
témoigne de l'importance que le Dalaï Lama accorde, pour la survie de la culture
tibétaine, à la sauvegarde et à la promotion des arts tibétains d'interprétation au sein
de la communauté tibétaine. Depuis sa création, il y a quarante ans, le TIPA a su
conserver le degré d'excellence des arts tibétains traditionnels, il se produit dans les
communautés tibétaines de l'Inde et du monde entier, et forme des professeurs et des
artistes professionnels. D'anciens étudiants du TIPA ont joué dans des grands films
d'Hollywood et se sont produits sur les plus grandes scènes du monde. L'opéra «
Sukyi Nyima », qui sera présenté au St. Norbert Arts Centre de Winnipeg, au
Manitoba, réunira pour la première fois des artistes actuels du TIPA et d'anciens
diplômés de cette institution qui s'efforcent de promouvoir l'art du Tibet en Occident -
qu'il s'agisse des arts de la scène, des arts visuels ou des lettres. Cette rencontre
constitue un jalon dans l'histoire du Tibet en exil car elle souligne l'engagement des
artistes du TIPA et leur soutien au Dalaï Lama. Elle met aussi en lumière l'influence du
TIPA au niveau mondial.

« Ces quinze dernières années, je me suis produit avec Chaksam-pa, ainsi que de
nombreux artistes, dans le cadre de divers événements visant à recueillir des fonds
pour la cause tibétaine » explique Sonam Tashi, co-fondateur de Chaksam-pa, la
troupe de danse et d'opéra tibétains. « Je n'ai jamais participé à un festival consacré
uniquement à l'art tibétain et mettant en scène uniquement des artistes tibétains. Mon
rêve de toujours se réalise. »

Le Vénérable Lobsang Samten, qui vient de Namgyal, le monastère du Dalai Lama, le
premier moine tibétain à construire un mandala de sable en Occident, sera présent au
festival. Sa présence et la construction du mandala dans les ruines ajouteront une
dimension spirituelle et inviteront au dialogue durant cet événement. Jamyang Norbu,
grand érudit et écrivain, spécialiste de l'art tibétain et la culture tibétaine, donnera des
conférences publiques à midi et le soir. Son livre « The Mandala of Sherlock Holmes »
est actuellement un best-seller en Inde. Un autre artiste, Kalsang Dawa, peintre de
thangkas et originaire de Lhassa, participera également au festival. Il a pour mission
de perpétuer l'art sacré qu'est la peinture de thangkas tout en continuant à développer
la créativité et l'originalité de cette tradition vivante.

Des ateliers et des conférences s'adressant au grand public auront lieu chaque jour
dans l'ancien monastère. Parmi les thèmes abordés figurent la danse, le chant, la
musique, les contes, la fabrication de masques, la peinture de thangkas, la méditation
et la cuisine. Des cours seront également donnés chaque après-midi sous la direction
d'un grand maître à des artistes locaux.

Cet événement est unique dans l'histoire du Tibet en exil car il réunit les principaux
représentants de l'art tibétain - arts de la scène avec le TIPA et Chaksam-pa, arts
visuels avec Lobsang Samten, et lettres avec Jamyang Norbu - qui ont tous fait partie
du TIPA. Un film documentaire doit être produit. Il sera mis à la disposition des écoles
tibétaines et de la bibliothèque des ouvres et archives tibétaines, Library of Tibetan
Works and Archives.

Information : Sonam Tashi, organisateur et président du CCT Regina, au 306-789-8177

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank