Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Compassion et tolérance ne sont pas des signes de faiblesse mais de force. »

La dévastation du Tibet se poursuit sans que le monde réagisse

April 25, 2000

Première étude approfondie sur la dévastation de l’ environnement au Tibet

Montréal, le 26 avril 2000 : Les dommages environnementaux infligés au Tibet pendant
41 ans d’occupation chinoise sont enfin révélés au monde dans un rapport du
Gouvernement tibétain en exil. Le rapport intitulé Tibet 2000: Environment and
Development Issues (Tibet 2000 : Environnement et développement) doit être
présenté aujourd’hui, le 26 avril, à la Commission des Nations unies sur le
développement durable, à New York. Sa présentation sera suivie de conférences de
presse à New York et à New Delhi, en Inde.

Le rapport décrit l’étendue des dommages environnementaux causés au Plateau
tibétain par des projets miniers, forestiers et hydroélectriques inadaptés et non viables,
par le déversement de déchets toxiques, la prolifération nucléaire et les projets de
relocalisation de population.

« La biodiversité du Tibet se compare à celle de la forêt dense amazonienne, déclare
Catherine Moore, spécialiste de l’environnement, mais elle disparaît à une vitesse
phénoménale. Le Plateau tibétain alimente dix grands fleuves d’Asie, qui fournissent
de l’eau douce à 47 % de l’humanité. Le détournement des cours d’eau, les barrages
et la dégradation de l’eau ont des conséquences d’une portée considérable. Les
modifications du réseau hydrographique et de la couverture végétale entraîneront
inévitablement des modifications climatiques à l’échelle mondiale. L’environnement du
Tibet est unique et fragile. Il incombe au Canada et aux autres pays du monde
d’intervenir vigoureusement auprès du gouvernement chinois pour en assurer la
protection. »

Jusqu’à ce jour, la dévastation écologique qu’entraînent les activités économiques du
gouvernement chinois est restée en grande partie méconnue des
environnementalistes, des universitaires, du public et même du gouvernement tibétain
en exil. Le rapport souligne les craintes suscitées par les dangereuses activités
minières du gouvernement chinois, l’utilisation du Tibet comme site de déversement de
déchets nucléaires et la disparition de nombreux pâturages essentiels aux nomades,
transformés en zones d’implantation d’immigrants.

« C’est non seulement une grave atteinte aux droits environnementaux des Tibétains,
affirme Thubten Samdup, président du Comité Canada Tibet, mais cela renforce
d’autres mesures prises par la Chine en vue de transformer radicalement la culture
tibétaine et d’assimiler les Tibétains. La poursuite des relations entre le Canada et la
Chine devrait être conditionnelle à l’adoption de mesures visant à assurer la protection
des Tibétains et de leur environnement. »

Pour des entrevues à Montréal, communiquez avec Catherine Moore, spécialiste en
environnement du Comité Canada Tibet (514-848-2050) ou avec Thubten Samdup
(514-857-6770), président du CTC.

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank