Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« La paix ne peut prendre racine tant que les droits de la personne sont bafoués. Comment la paix peut-elle régner alors que le simple fait de dire la vérité constitue un crime? »

La Chine réduit au silence les critiques aux Nations unies

April 18, 2000

Montréal, le 18 avril : En dépit de l’aggravation de la répression au Tibet et en Chine, et
malgré les efforts d’une vaste coalition d’ONG canadiennes et internationales, la
résolution condamnant les violations des droits de la personne par la Chine s’est
soldée par un échec aujourd’hui à Genève en raison du vote d’une motion de
non-action. Les ONG canadiennes imputent cet échec à la décision du Canada de ne
pas parrainer la semaine dernière cette résolution, pourtant libellée en termes
modérés.

« Le Canada vient d’enterrer définitivement sa politique de défense des droits de la
personne » a déclaré Thubten Samdup, président du Comité Canada Tibet. « Dans sa
déclaration devant la Commission des droits de l’homme des Nations unies, M.
Axworthy, ministre des Affaires étrangères, a discouru sur l’universalité des droits
mais son gouvernement abandonne à son sort un cinquième de l’humanité ».

Faisant allusion au manque de volonté des états de parrainer la résolution présentée
par les États-Unis, M. Samdup s’est déclaré déçu de constater l’effritement du soutien
apporté à une approche multilatérale de défense des droits de la personne au Tibet et
en Chine.

« Aujourd’hui, les droits de la personne au Tibet et en Chine sont uniquement régis par
les relations entre les États-Unis et la Chine. Et celles-ci sont davantage dictées par
les impératifs du pouvoir et du commerce que par le respect des droits de la personne
» a poursuivi M. Samdup. « En vertu de la Charte des Nations unies, tous les
membres de cette organisation doivent promouvoir et défendre les droits de la
personne partout où ceux-ci sont violés. Et pourtant, les intérêts commerciaux
passent avant cet engagement. »

Les Tibétains font valoir que la campagne qu’ils ont menée récemment contre la
tentative de la China National Petroleum Corporation de s’inscrire à la Bourse de New
York est une meilleure façon de faire pression sur la Chine. « Si les gouvernements
inscrivent les intérêts commerciaux en tête de leurs priorités, avant même les droits
de la personne, nous devons - nous aussi - placer ces mêmes intérêts en tête de nos
priorités dans notre action » a conclu M. Samdup.

- 30 -

Pour information : Thubten Samdup - 514-867-6770 ou Tenzin Jimpa - 514-483-4470

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank