Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Je reste attaché au dialogue. Je suis en effet fermement convaincu que le dialogue et la volonté d’examiner clairement et honnêtement la réalité du Tibet peuvent nous conduire à une solution viable. »

Les ONG demandent au Canada de suspendre les pourparlers bilatéraux sur les droits de la personne engagés avec la Chine

January 11, 1999

Montréal, le 11 janvier 1999: Les organisations non gouvernementales (ONG)
canadiennes demandent instamment au Canada de suspendre les pourparlers
bilatéraux qu’il poursuit actuellement avec la République populaire de Chine jusqu'à ce
que le Comité permanent des Affaires étrangères et du Commerce international ait
procédé à une évaluation approfondie de leur efficacité.

Amnesty International / Canada, le Comité Canada Tibet, le Congrès du travail du
canada, PEN Canada et la Toronto Association for Democracy in China, ont demandé
cette suspension à la suite de la grave répression que subissent les défenseurs et les
militants des droits de la personne en Chine. Ces organismes demandent en outre
instamment au gouvernement du Canada d’agir en vue de présenter une résolution
condamnant les pratiques de la Chine en matière des droits de la personne lors de la
55e seance de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies à Genève.

" Il ne sert à rien de poursuivre des discussions de gouvernement à gouvernement sur
les droits de la personne en l’absence de système prévoyant que des comptes soient
rendus au public et de critères permettant de mesurer les progrès réalisés " a déclaré
Cheuk Kwan, président de la Toronto Association for Democracy in China. Le public
n’a en effet pas accès aux rapports gouvernementaux sur les pourparlers.

Le Canada a été le premier pays occidental à entamer des pourparlers bilatéraux sur
les droits de la personne en 1996 à la suite d’une décision controversée de ne pas
coparrainer une résolution sur la Chine, présentée à la Commission des droits de
l’homme des Nations Unies à Genève. Les groupes de défense des droits de la
personne et les syndicats condamnèrent alors le changement de politique et lancèrent
un avertissement. Ils estimaient en effet que la suppression de l’examen multilatéral
du dossier des droits de la personne en Chine aurait pour seul effet d’alléger les
pressions visant à faire changer les choses en Chine.

" La Chine a signé des ententes internationales comme le Pacte international relatif
aux droits civils et politiques " explique Thubten Samdup, président du Comité Canada
Tibet. " Mais, dans le même temps, le Panchen Lama, qui est âgé de 9 ans, est
détenu depuis plus de trois ans dans un lieu inconnu. Cela démontre un mépris total
des normes juridiques internationales et des droits universels. Les pourparlers
bilatéraux poursuivis par le Canada et d’autres pays occidentaux n’ont produit aucun
résultat."

Ces dernières semaines, des simulacres de procès se sont soldés par des peines de
11 à 13 ans de prison pour Xu Wenli, Wang Youcai et Qin Yongmin qui ont été arrêtés
pour avoir tenté de constituer le Parti Démocrate Chinois. La semaine dernière, une
sentence de 10 ans a été prononcée à l’encontre de Zhang Shanguang, un militant de
longue date des droits des travailleurs, à la suite d’un procès de trois heures. Zhang
est accusé d’avoir rapporté à une station de radio de Hong Kong, Radio Free Asia, des
incidents liés à une agitation ouvrière.

" Nous voulons que le Canada participe à des forums multilatéraux car le dialogue
bilatéral se révèle inefficace. Le gouvernement chinois craint les citoyens qui défient le
système du parti unique en essayant de constituer un parti d’opposition. C’est une
violation flagrante de la liberté d’opinion, d’expression et d’association " a déclaré
Charlotte Gray, présidente du comité de PEN Canada chargé des écrivains
emprisonnés.

Les ONG demandent non seulement au gouvernement canadien de suspendre les
pourparlers bilatéraux avec la Chine, mais elles demandent également à la Chine de
libérer immédiatement tous les prisonniers politiques, de respecter les droits de ses
citoyens, de ratifier et de mettre en oeuvre le Pacte international relatif aux droits civils
et politiques.

Pour information :

Isobel Harry, PEN Canada, (416) 703-8448
Cheuk Kwan, Toronto Association for Democracy in China, (416) 804-1527
Mary Rowles, Congrès du travail du Canada (613) 526-7404
Thubten Samdup, Comité Canada Tibet, (514) 487-0665
John Tackaberry, Amnesty International/Canada, (613) 744-7667

Communiqués de presse

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank