Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Si nous voulons contribuer à l’avènement d’un avenir plus heureux, plus stable et plus civilisé, chacun de nous doit cultiver un sentiment sincère et chaleureux de fraternité. »

Tibet : Des moines bouddhistes manifestent pendant la visite de médias étrangers

10 avril 2008

La Tribune 9 avril 2008 http://www.latribune.fr/info/Des-moines-bouddhistes-manifestent-pendant-la-visite-de-medias-etrangers-557-~-AP-CHINE-TIBET-$Db=News/News.nsf-$Channel=Monde

Une douzaine de moines bouddhistes ont une nouvelle fois perturbé mercredi un voyage organisé par le gouvernement chinois pour des médias étrangers dans un monastère de la province du Gansu, à la frontière avec le Tibet. Ils réclamaient le retour du dalaï lama et le respect des droits de l'Homme, selon un moine et un journaliste du réseau de télévision américain ABC.

Les moines, qui se sont retrouvés à une vingtaine au plus fort de l'incident d'une dizaine de minutes, ont scandé des slogans en tibétain dans une cour extérieure du monastère Labrang dans la ville de Xiahe, dans l'ouest de la Chine, alors que des journalistes étrangers s'apprêtaient à entrer dans une salle de prière.

Ils ont brandi le drapeau tibétain et crié "Nous ne sommes pas contre les Jeux olympiques. Nous avons besoin des droits de l'Homme", a déclaré un moine présent au monastère dans un entretien téléphonique à l'Associated Press.

Ce religieux, qui a refusé de donner son nom par peur de représailles, a ajouté craindre des arrestations après le départ des journalistes. "Nous n'avons pas de droits. Si nous avions de véritables droits de l'Homme, nous serions en mesure de nous exprimer sans conséquences."

Le reporter d'ABC, Chito Romana, témoin de l'incident, a rapporté les propos d'un moine aux journalistes: "Nous réclamons les droits de l'Homme et le retour du dalaï-lama, nous voulons préserver notre religion et notre culture."

Les responsables chinois présents pendant la visite des journalistes n'ont pas tenté d'empêcher les protestations, qui ont cessé lorsque d'autres moines sont intervenus pour apaiser les manifestants, selon Chito Romana.

Un moine responsable du monastère a affirmé aux journalistes que les manifestants ne seraient pas punis par les autorités du monastère, mais qu'ils encouraient des sanctions s'il s'avérait qu'ils avaient enfreint la loi, a ajouté le journaliste américain.

L'agence de presse officielle Chine nouvelle (Xinhua) a rapporté qu'un groupe de moines avait interrompu l'événement, mais que la visite avait repris son cours peu de temps après.

Au sud de Labrang, des policiers armés tenaient un barrage sur la route menant à la ville de Luqu, vers le monastère de Xicang, fermé aux visiteurs. Certains de ses moines sont soupçonnés d'avoir participé aux manifestations de la mi-mars. Selon un policier, environ la moitié des participants aux manifestations du mois dernier ont été arrêtés.

La Chine affirme que les violences ont fait un total de 22 morts, alors que les groupes d'exilés tibétains font état d'au moins 140 personnes tuées. Mercredi, désigné par Pékin à la tête de la région autonome du Tibet, a déclaré que la police tibétaine avait interpellé 953 manifestants ayant participé aux émeutes du 14 mars, et que 403 avaient été officiellement placés en état d'arrestation. A cela s'ajoutent 362 autres manifestants qui se seraient rendus, et dont 328 auraient été relâchés après avoir avoué des délits mineurs. La police a établi une liste de 93 fugitifs, dont 13 ont été arrêtés, a ajouté Champa Phuntsok.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank