Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Le Canada peut, dans une atmosphère cordiale et constructive, demander au gouvernement chinois de résoudre la situation du Tibet. »

Accident du TGV chinois : le rock de Tiananmen pour dire la colère

12 août 2011

Pierre Haski -Blog Chinatown-Rue89: 4 Aôut 2011 http://www.rue89.com/node/216678

.
Signe de l'impact profond de l'accident de TGV chinois du 23 juillet, ce cri de colère de jeunes Chinois qui s'exprime par une chanson, et pas n'importe laquelle : dans cette vidéo, ils ont détourné et adapté « Nothing to my name » (rien en mon nom), le morceau fétiche du rocker chinois Cui Jian, qui avait été l'hymne des jeunes révoltés de la place Tiananmen en 1989. (Voir la vidéo http://youtu.be/FCEz-taS8_U )
Cette chanson a une histoire. Cui Jian, le « père » du rock chinois, l'avait composée en 1986, à un moment de bouillonnement culturel post-maoïste en Chine. « Nothing to my name » est l'histoire d'une fille qui se moque d'un homme qui ne possède rien, devenu, lors du « Printemps de Pékin » en 1989, l'hymne de la résistance des « petits » face aux « gros ».
Cui Jian a chanté ce morceau face aux étudiants qui occupaient la place Tiananmen, avec un bandeau rouge sur le front. Il le paiera cher après la répression sanglante du 4 juin 1989, puisque le rocker sera interdit de chanter devant des publics importants dans la capitale pendant plus de quinze ans, pas plus que ses chansons ne pourront passer à la radio et à la télévision.
Pourtant, quand on assiste à un concert de Cui Jian, tous les Chinois, de tous ages, connaissent les paroles de ses chansons par coeur, à commencer par « Nothing to my name », au point qu'à certains moments on n'entend que la salle, plus le chanteur…

De Tiananmen au TGV
Le recours à cette chanson vieille de vingt cinq ans pour exprimer la colère du public face aux nombreux scandales qui entourent l'accident du TGV de Wenzhou est hautement symbolique, puisqu'il établit un lien avec un temps de contestation et de révolte qui reste un tabou majeur dans la Chine d'aujourd'hui.
La vidéo (ci-dessus) mêle la musique originale de Cui Jian et des prises de vue de concert à des images de l'accident, les portraits des principaux porte-paroles officiels, et des victimes de l'accident, un jeune qui a perdu sa femme et exprime sa colère, et Yiyi, la « miraculée » de deux ans devenue le symbole de cet accident. La chanson détournée est d'ailleurs dédiée aux victimes du « 7.23 » (23 juillet, date de l'accident), chiffre ancré dans tous les esprits chinois à l'image du « 9.11 » américain.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank