Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« La paix ne peut prendre racine tant que les droits de la personne sont bafoués. Comment la paix peut-elle régner alors que le simple fait de dire la vérité constitue un crime? »

Tibet: La torture aura eu raison d’un moine respecté

28 janvier 2012

France Tibet 23 Janvier 2012 http://tibet.fr/site/index.php?itemid=16753 


Un moine bouddhiste tibétain qui lutta pour les droits de ses compatriotes est mort ce dimanche à la suite de tortures qu’il subit dans une prison chinoise à Haidong.

L’écrivaine tibétaine Woeser, résidente à Pékin, rapporte que Geshi Tsultrim Gyaltso (photo), 51 ans, a succombé à ses blessures qu’il supportait depuis son arrestation en juillet 2011 à Hainan,.


Woeser à déclarée à RFA que Gyaltso était handicapé et faible lorsqu’il a été rendu à sa famille, quelques jours avant son hospitalisation.

« Fin décembre, il a été emmené à un hôpital à cause de la torture qu’il subit en prison, déclara Woeser. »

« Il y a moins d’une semaine, l’hôpital le renvoya chez sa famille. Il était faible et handicapé physique en raison des mauvais traitements subis en prison. Il s’est éteint chez sa famille le 22 janvier 2012 »

Contactée, la police locale déclara à RFA ne pas être au courant du dossier de Gyaltso et qu’elle n’était pas responsable de sa mort.


"Nous ne sommes pas responsables de la mort des prisonniers qui arrive en dehors de la prison. Nous gérons beaucoup de dossiers [et nous] ne sommes pas au courant de ce dossier-ci, répondit un policier. »

La police chinoise jeta Gyaltso en prison à Haidong, préfecture de la province de Qinghai après l’avoir arrêté en Juillet de l’année dernière lorsqu’il donnait une conférence dans l’école de Hainan.

Liste des Suspects

Woeser dit que Gyaltso était sur une liste de suspect depuis son retour des enseignements du Kalachakra, tenus en Inde en 2006 par le leader spirituel du Tibet, le Dalaï Lama.


Il avait également donné des discours et prit part, en mars 2008, aux protestations pacifiques au côté de 60 moines, où ils scandaient des slogans pour la liberté du Tibet et arboraient des portraits du Dalaï Lama.

Gyaltso a aussi joué un rôle clé pour la protection de la culture et de la langue tibétain.

Sa mort survient au milieu de la répression sécuritaire chinoise au Tibet. 16 tibétains, principalement des moines, se sont immolés par le feu depuis Mars 2011en protestation contre le pouvoir de Pékin et pour le retour du Dalaï Lama au Tibet.
Tensions
Depuis les protestations anti-chinoises de Mars 2008 sur le Plateau Tibétains, les tensions ne se sont pas éteintes au Tibet.


Les autorités chinoises blâment le Dalaï Lama, disant qu’il encourage des immolations qui sont contraires aux enseignements du bouddhisme. Tandis que le Dalai Lama dénonce la politique chinoise “sans pitié et sans logique » qui est appliquée au Tibet. Il appelle le gouvernement chinois à changer sa politique répressive, en rappelant la répression qui s’abat sur les monastères et les politiques allant à l’encontre de l’usage de la langue tibétaine.
Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank