Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Je reste attaché au dialogue. Je suis en effet fermement convaincu que le dialogue et la volonté d’examiner clairement et honnêtement la réalité du Tibet peuvent nous conduire à une solution viable. »

Violations des droits de l’Homme et auto-immolation : témoignages de Tibétains en exil

25 juin 2012

Violations des droits de l’Homme et auto-immolation : témoignages de Tibétains en exil

Mise à jour le 16 mai 2012
Cinquante ans après la répression brutale ayant entrainé la fuite du Dalai Lama et de dizaines de milliers de Tibétains du Tibet vers l’Inde, l’auto-immolation d’un jeune moine tibétain du monastère de Kirti dans la province de Sichuan, le 27 février 2009, a marqué le début d’une nouvelle forme de protestation contre la main mise de la République Populaire de Chine sur le peuple Tibétain. Entre le 16 mars 2001 et le 20 avril 2012, l’auto-immolation de 34 personnes supplémentaires, la plupart décédées de leurs blessures, a révélé le degré de tension qui prévaut dans la région. Surtout, ce nouveau phénomène laisse entendre que la politique adoptée par la République Populaire de Chine pour traiter de la question du Tibet a échoué. 

Ce rapport, préparé par la Fédération Internationale des ligues des Droits de l’Homme (FIDH) en partenariat avec la Campagne Internationale pour le Tibet (ICT) présente une sélection de six témoignages de demandeurs d’asile tibétains en Europe. Ces témoignages sont le fruit de trente entretiens réalisés par la FIDH en 2011 en Belgique, en France et en Suisse – les trois pays européens où vivent le plus grand nombre de Tibétains. Le rapport vise à documenter les violations des droits de l’Homme au Tibet dans un contexte auquel les observateurs indépendants, les chercheurs étrangers, les militants des droits de l’Homme et les journalistes n’ont pas accès.
Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank