Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Le Canada peut, dans une atmosphère cordiale et constructive, demander au gouvernement chinois de résoudre la situation du Tibet. »

Ventes d'armes à la Chine: les eurodéputés pour un maintien de l'embargo

24 avril 2008

Le Monde 23 avril 2008 http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-35186588@7-60,0.html

L'Union européenne doit maintenir son embargo sur les ventes d'armes à la Chine aussi longtemps que Pékin continuera de fournir des armes à des groupes armés alimentant des conflits en Afrique, ont estimé les députés européens mercredi.

Ils ont adopté pratiquement à l'unanimité un rapport parlementaire en ce sens très critique sur "la politique de la Chine et ses effets sur l'Afrique".

Cette démarche survient à la veille d'une visite de la Commission européenne à Pékin, dans un climat tendu à cause du Tibet, et surtout alors que les Etats-Unis viennent de demander à la Chine de rappeler un bateau chargé d'armes destinées au Zimbabwe et de renoncer à de futures livraisons à ce pays.

Le Zimbabwe est soumis depuis 2002 à des sanctions occidentales incluant un embargo militaire, mais la livraison d'armes par la Chine est légale.

Pékin affirme que le navire chinois transportant des armes destinées au Zimbabwe effectue un "commerce normal", estimant cependant qu'il pourrait rebrousser chemin. Le navire transporterait trois millions de cartouches pour des AK-47, 1.500 lance-roquettes RPG et plus de 3.000 mortiers.

Le rapport européen "invite l'UE à maintenir son embargo sur les ventes d'armes à la Chine aussi longtemps que cette dernière continuera à fournir des armes à des forces et des groupes armés dans des pays, souvent africains, qui alimentent et perpétuent des conflits et commettent des violations graves des droits de l'homme".

Dans le même temps, les parlementaires appellent aussi "l'UE et la Chine à suspendre tout accord commercial dans le secteur des armes avec les gouvernements qui sont coupables de violations des droits de l'homme et qui sont engagés dans des conflits ou en passe de faire la guerre".

Ils pointent du doigt nommément les gouvernements du Kenya, du Zimbabwe, du Soudan, du Tchad, de la République démocratique du Congo, de l'Ethiopie, de l'Erythrée et de la Somalie.

Pour l'auteur du rapport, la députée socialiste Ana Gomes, le bateau d'armes à destination du Zimbabwe "constitue un très bon exemple de l'interférence récurrente de la Chine dans des affaires intérieures de pays africains".

Son rapport dénonce plus généralement les investissements chinois réalisés sans aucune condition préalable dans des pays africains soumis à des régimes oppressifs. De plus la Chine exporte "certaines de ses pires pratiques nationales, notamment la corruption, de mauvaises conditions de prêt, l'absence de droits des travailleurs et de normes environnementales".

Les députés européens réclament aussi l'interdiction de transferts d'armes vers "des acteurs armés non gouvernementaux" mettant en péril les droits de l'homme et la stabilité de l'Afrique.

Ils demandent en outre à l'UE d'encourager la Chine à accroître sa participation aux missions de maintien de la paix de l'ONU et de l'Union africaine (UA) en Afrique, "en envoyant, le cas échéant et conformément aux mandats de l'ONU, des troupes de combat".

L'UE devrait aussi demander selon eux que la Chine s'engage à assumer ses responsabilités en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, notamment celle de "protéger" les populations civiles.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank