Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Le Canada peut, dans une atmosphère cordiale et constructive, demander au gouvernement chinois de résoudre la situation du Tibet. »

Les Tibétains tenus à l’écart des revenus de leur sous-sol

9 avril 2013

Le gigantesque glissement de terrain qui a enseveli 83 mineurs au Tibet le 29 mars 2013 a jeté une lumière crue sur la présence d’importantes ressources naturelles dans les confins de la Chine où vivent des minorités ethniques, qui profitent rarement de leur exploitation.

Seules deux victimes de la catastrophe étaient originaires du Tibet, les autres étant pour la plupart des Hans - l’ethnie majoritaire en Chine - venus d’autres provinces.
Située à 4 600 mètres d’altitude, la mine de cuivre de Jiama appartient à une filiale du groupe étatique China National Gold Group Corp., le premier producteur d’or du pays, dont le site internet a publié un message de "prières pour le personnel" - en chinois.

Les Hans représentent 91% de la population chinoise mais une grande partie des richesses du sous-sol du pays se trouve concentrée dans des régions de minorités peu densément peuplées comme le Tibet, le Turkestan oriental (Xinjiang) ou la Mongolie intérieure.
On y trouve notamment du pétrole, du gaz, du cuivre, du minerai de fer, du charbon ainsi que des "terres rares", un ensemble de 17 métaux entrant dans la fabrication de produits de haut technologie, des smartphones aux éoliennes.

Dans ces régions, "il y a depuis longtemps des problèmes liés à l’immigration han et aux inégalités qui vont bien au-delà de la simple extraction des minéraux", selon Geoffrey Crothall, porte-parole du China Labour Bulletin, une ONG basée à Hong Kong qui défend les droits des ouvriers en Chine.
"Lorsque de nouvelles opportunités économiques se présentent dans les régions de minorités, en général des ouvriers hans viennent sur place pour faire le travail à la place des travailleurs locaux", constate M. Crothall.
Episodiquement, des violences éclatent entre les Hans et les autochtones laissés pour compte du développement économique ou attachés à leur mode de vie traditionnel, comme au Tibet en 2008 ou à Urumqi, la capitale du Turkestan oriental (Xinjiang), en 2009.

En Mongolie intérieure en 2011, des bergers ont manifesté après la mort de l’un des leurs, écrasé par un chauffeur routier parce qu’il s’opposait à la dégradation des pâturages par les activités minières.
Mais mis à part pour le charbon facilement accessible en Mongolie intérieure, l’exploitation de la plupart des mines dans des régions souvent arides ou difficiles d’accès n’aurait sans doute pas eu lieu sans une politique volontariste de Pékin, souligne l’économiste indépendant Andy Xie.
"Si vous aviez laissé agir le marché, je ne suis pas sûr qu’un grand nombre des mines seraient ouvertes", estime-t-il en soulignant que les importations représentent souvent une solution moins chère.

En plus de la discrimination économique qu’ils ressentent, l’exploitation du sous-sol viole aussi pour les Tibétains le caractère sacré de leurs montagnes, relève pour sa part Robbie Barnett, directeur du programme d’études du Tibet contemporain à l’université de Columbia à New-York.
Cet expert rappelle qu’un important mouvement de protestation avait eu lieu en 2009 sur le site de la mine de Jiama. "Les Tibétains se soucient davantage de la qualité de leur environnement et de la santé de leurs animaux et de leur terres que de l’argent", selon M. Barnett.

Pour Carl Soderbergh, de l’ONG basée à Londres Minority Rights Group International, les minorités ethniques en Chine payent un lourd tribut au développement.
"Les éleveurs des minorités sont chassés de leurs pâturages traditionnels tandis que leurs ressources en eau sont polluées", relève-t-il.
En Chine comme ailleurs dans le monde, "beaucoup, sinon la plupart des minorités et des peuples indigènes sont marginalisés et maintenus à l’écart des processus de prise de décisions", regrette M. Soderbergh.

Source : AFP, 07 avril 2013.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank