Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Je reste attaché au dialogue. Je suis en effet fermement convaincu que le dialogue et la volonté d’examiner clairement et honnêtement la réalité du Tibet peuvent nous conduire à une solution viable. »

Plus de 2 millions de Tibétains appauvris en raison de leur réinstallation forcée

3 juillet 2013

Plus de deux millions de Tibétains ruraux, représentant plus des deux tiers de la population de la "Région Autonome du Tibet", ont été transférés depuis 2006 dans de "nouveaux villages socialistes", en vertu de la "campagne de logement confortable" mise en place par la Chine, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport daté du 27 juin 2013.

Le rapport dit que cette politique endette les Tibétains, déjà parmi les plus pauvres de la République populaire de Chine, sans leur assurer de logement de qualité.
Human Rights Watch affirme que la population tibétaine a été réorganisée sur une échelle "sans précédent dans l’ère post-Mao", alors que les autorités chinoises ont tenté de poursuivre la répression contre le mouvement séparatiste et de renforcer le contrôle sur les communautés rurales.

Le rapport a également indiqué que, depuis 2006, plus de 600 000 éleveurs nomades de la partie orientale du plateau tibétain, telle la province du Qinghai (ancienne région tibétaine de l’Amdo), ont également été forcés de s’installer dans de nouvelles communautés rurales, où ils restent condamnés à vivre dans la misère.

Le rapport indique que de nombreux Tibétains qui délocalisent ou reconstruisent leurs maisons dans le cadre de ces programmes appelés par la Chine : "nouvelle ruralité socialiste" supportent l’essentiel du coût de la construction de leurs nouvelles maisons, ce qui entraîne souvent un endettement que les ménages ont du mal à supporter.

La Chine soutient que ces programmes contribuent à améliorer le niveau de vie des Tibétains. Elle nie que des expulsions forcées aient lieu, en insistant sur le fait que les délocalisations seraient entièrement volontaires et que les Tibétains seraient reconnaissants pour les nouveaux logements.
Le rapport dit aussi que le gouvernement chinois a annoncé des plans visant à favoriser le relogement et le déplacement de plus de 900 000 personnes dans la "Région Autonome du Tibet" d’ici la fin de l’année 2014 et la transformation d’un nombre supplémentaire de 113 000 nomades en habitants sédentaires dans l’est du Tibet (région tibétaine du Kham) d’ici la fin de l’année 2013.

Mais le rapport de 115 pages, intitulé : "« Ils disent que nous devrions être reconnaissants » : Relogement de masse et réinstallation dans les zones tibétaines de la Chine", documente les violations massives des droits allant de l’absence de consultation à celle de fourniture d’une compensation adéquate, toutes deux requises en vertu du droit international pour légitimer des expulsions, a noté l’Administration tibétaine en exil, à Dharamsala, en Inde.

Sources : HRW et Administration tibétaine en exil, 27 juin 2013, et Tibetan Review, 29 juin 2013.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank