Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Si nous voulons contribuer à l’avènement d’un avenir plus heureux, plus stable et plus civilisé, chacun de nous doit cultiver un sentiment sincère et chaleureux de fraternité. »

Le mari d'une tibétaine auto-immolée condamné à mort pour son meurtre

19 août 2013

La Cour de justice chinoise a condamné à mort Dolma Kyab, 32 ans, pour avoir "étranglé sa femme, Kunchok Wangmo, le 11 mars de cette année à la suite d'une dispute autour d'un " problème d'alcool ". Pourtant Phayul avait rapporté sa mort par auto-immolation à la veille de l'élection présidentielle chinoise.
D'après le Centre Tibétain pour les Droits de l'Homme et la Démocratie, la Chine tente de faire taire les familles des auto-immolés en, entre autre, offrant de fortes sommes d'argent. Ainsi le mari de Dolkar Tso, une autre auto-immolée, avait été arrêté après avoir refusé des pots de vin en échange de sa signature sur une feuille de papier disant que sa femme s'était suicidée à la suite d'une dispute familiale.
Kyab est le premier Tibétain a être condamné à mort en lien avec une auto-immolation.
“Cette peine de mort est une indication du fait que les autorités ont durci leur attitude envers les auto-immolations. Les autorités se servent des quelques familles qui les ont défiées, en tant qu'exemple, afin de faire peur et d'intimider les membres des familles de ceux qui s'immolent. Le but est que ceux-ci suivent les lignes directrices officielles'' a déclaré Tsering Tsomo, directeur exécutif du Centre Tibétain pour les droits humains et la démocratie.

Source: Phayul
Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank