Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

La Chine rejette 5 des 7 recommandations du rapport de l’ONU sur ses droits de l’homme au Tibet

26 mars 2014

DHARAMSHALA,18 mars : La Chine a rejeté toutes les recommandations sur le Tibet figurant dans le rapport des Nations Unies sur ses droits de l’homme, sauf une, qui consiste à faciliter les visites du Haut Commissaire pour les droits de l’homme et du rapporteur spécial sur le Tibet. La Chine en a accepté une seule, en a rejeté cinq, et dit avoir déjà mis en œuvre une autre.

Kai Müller, directeur exécutif pour l’Allemagne d’International Campaign for Tibet, dit que « la Chine a contré cette recommandation avec sa rhétorique habituelle, insistant sur le fait que le Dalai Lama cherche toujours l’indépendance tibétaine, quand il est continuellement répété par la communauté internationale qu’il demande en fait une véritable autonomie et que les droits des Tibétains soient protégés conformément à la constitution et aux lois chinoises. »

Müller a ensuite demandé aux Etats membres de tenir la Chine pour responsable et d’exhorter les dirigeants chinois à faire en sorte que les visites proposées aient lieu. Müller a également noté que le Haut Commissaire doit être en mesure de s’engager auprès des représentants tibétains et chinois pour avoir une vue précise de la situation des droits de l’homme au Tibet.

« Alors que l’étude d’une visite est un pas dans la bonne direction, cela ne constitue pas un progrès en soi pour l’amélioration des droits de l’homme. Une répression plus systématique et accrue se met en place au Tibet sous la direction de Xi Jinping. La Chine a renouvelé les mêmes refus et a tenté les mêmes obscurcissements du processus comme elle l’a fait au cours de sa précédente revue périodique universelle à Genève en 2009 » ajoute Müller.

Dans le rapport de 2009 sur la Chine, la Chine a accepté des recommandations sur la promotion des droits humains en général mais s’est joué des recommandations incluant des mesures pour accorder la liberté d’information et d’expression, assurer l’indépendance de la justice et des avocats, garantir l’accès au conseil pour les détenus, la protection des avocats vis-à-vis des attaques et intimidations, et pour accorder la liberté de religion et de mouvement aux minorités ethniques comme les Tibétains et les Ouigours.

Lors de la seconde revue périodique universelle de la Chine à Genève, le 22 octobre 2013, plus d’une douzaine d’Etats membres des Nations Unies ont fait part de leur préoccupation sur la question des droits de l’homme au Tibet, appelant la Chine à changer son traitement des minorités ethniques et les droits à la liberté d’expression, de religion et de réunion.

La revue périodique universelle (UPR) est un mécanisme du Conseil des droits de l’homme qui fournit une occasion à tous les Etats de déclarer les actions entreprises afin d'améliorer la situation des droits de l’homme dans leur pays et de relever les défis aux droits humains.

Le 19 mars, l’UNHCR adoptera le rapport du groupe de travail de l’UPR sur la Chine et la Chine informera le Conseil des recommandations émises par les Etats membres qu’elle accepte ou rejette pour les 4 années à venir.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank