Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Je reste attaché au dialogue. Je suis en effet fermement convaincu que le dialogue et la volonté d’examiner clairement et honnêtement la réalité du Tibet peuvent nous conduire à une solution viable. »

Népal: 3000 exilés tibétains réclament une enquête de l'ONU

30 avril 2008

Cyberpresse ( Canada ) 28 avril 2008 http://www.cyberpresse.ca/apps/pbcs.dll/article?AID=/20080428/CPMONDE/80428112/5024/CPDMINUTE&template=printart&print=1

Katmandou : Quelque 3000 exilés tibétains ont défilé en silence lundi à Katmandou, la capitale népalaise, pour réclamer une enquête des Nations unies sur la «répression chinoise» au Tibet, a annoncé la police.

Les manifestants brandissaient des portraits du dalaï lama et des pancartes demandant «le respect des droits de l'homme au Tibet» puis ont remis une lettre au bureau du Haut commissariat de l'ONU pour les droits de l'homme à Katmandou.

«Cette marche silencieuse a été organisée pour symboliser l'oppression chinoise au Tibet et rendre hommage à tous ceux qui ont sacrifié leurs vies pour la cause tibétaine», a déclaré Doma Tsomo du Forum népalais de solidarité avec le Tibet.

«Nous exigeons (le respect) des droits fondamentaux, notamment le rétablissement des libertés religieuses et culturelles au Tibet. Les Nations unies devraient agir rapidement pour enquêter sur ce qui se passe au Tibet», a ajouté le militant.

Katmandou est le théâtre de manifestations quasi quotidiennes en faveur de la cause tibétaine devant les bureaux de l'ONU ou l'ambassade de Chine depuis qu'a commencé en mars un mouvement d'exilés contre «la répression chinoise» au Tibet.

Cela se solde à chaque fois par les arrestations, parfois brutales, de dizaines de personnes libérées en général le soir même.

Mais cette fois, la police n'a interpellé personne laissant la foule, estimée à 3.000 personnes, défiler tranquillement avec des bougies.

Le Népal, royaume himalayen enclavé entre l'Inde et la Chine, est dans une position délicate à l'égard du Tibet.

Katmandou reconnaît la souveraineté de Pékin sur cette région, mais abrite aussi sur son sol 20.000 exilés tibétains depuis 1959 et environ 2.500 continuent d'arriver chaque année après avoir traversé les cols de l'Himalaya.

Sous la pression de la Chine, le Népal a récemment durci sa position à l'égard des Tibétains réfugiés sur son territoire. Le ministère de l'Intérieur a averti début avril qu'«aucune activité antichinoise d'aucune sorte ne serait tolérée».

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank