Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« La paix ne peut prendre racine tant que les droits de la personne sont bafoués. Comment la paix peut-elle régner alors que le simple fait de dire la vérité constitue un crime? »

Augmentation des frais d’inscription, campus isolé et distant : la colère gronde chez les étudiants tibétains

3 octobre 2016

Radio Free Asia, 3 octobre 2016 - Des sources tibétaines ont rapporté que les étudiants tibétains inscrits dans une grande université de la province de Gansu, située dans le nord-ouest de la Chine, doivent faire face à une augmentation vertigineuse des frais de scolarité, ainsi qu’à leur transfert forcé dans un campus éloigné dépourvu de résidence universitaire et de bibliothèque. Ceux-ci ont annoncé de futures mobilisations si leur revendications n’étaient pas prises en compte.

Des informations, communiquées au département Tibet de Radio Free Asia par un informateur résidant dans la province, ont ainsi révélé que les étudiants de l’Université des nationalités du Nord-ouest implantée dans la ville de Lanzhou, la capitale provinciale, se sont vus exiger des frais de scolarité passant de 4230 Yuans (approximativement 635 dollars américains) à 8220 Yuans pour cette année (environ 1233 dollars américains), compromettant ainsi plus particulièrement la situation des jeunes tibétains originaires des provinces nomades « déshéritées ».

Sous couvert de l’anonymat cette même source a ajouté qu’ « en plus de cela les étudiants tibétains du département de la formation professionnelle et continue s’étaient vus transférés dans un nouveau campus dépourvu de résidence universitaire et de bibliothèque » et que « bien que les cours aient déjà débuté dans le campus principal aucune formation n’avait encore eu lieu sur le nouveau campus ».

Le même informateur a en outre précisé que « les professeurs tibétains rencontraient également de grandes difficultés pour se rendre sur place ».

Il rapporte encore que le 20 septembre les étudiants tibétains en ont appelé aux responsables administratifs de l’Université afin que soient apportées des solutions à cette situation et que les étudiants défavorisés des provinces tibétaines de la Chine occidentale puissent être exemptés de cette augmentation de frais universitaires.

« Ils ont notamment demandé à leurs professeurs du département de langue tibétaine de se faire l’écho de leurs inquiétudes auprès des autorités compétentes puisque les étudiants eux-mêmes avaient le sentiment de ne pas être entendus » a-t-il déclaré.

« Si leurs revendications ne sont pas prises en compte, ils ont déclaré vouloir se mobiliser ».

S’exprimant indépendamment, un diplômé de l’Université a déclaré à Radio Free Asia que cette nouvelle politique pourrait être vue comme une tentative des plus hauts dirigeants d’ethnie Han de marginaliser les étudiants tibétains ainsi que le département d’études tibétaines :

« Ceci pourrait être une tentative destinée à saper l’enseignement du tibétain, recruter de nouvelles équipes et écarter les enseignants tibétains de leurs responsabilités ».

Les responsables de l’Université de Lanzhou n’étaient pas disponibles pour s’exprimer sur le sujet.

Des sources indiquent que les revendications linguistiques revêtent depuis quelques années une importance toute particulière dans la lutte pour l’affirmation de l’identité nationale tibétaine, entraînant ainsi l’organisation de cours de langue informels, qualifiés d’ « associations illégales » et valant arrestation et détention aux professeurs y participant.

Rapporté par Kunsang Tenzin pour le département Tibet de Radio free Asia. Traduit par Karma Dorjee. Ecrit en anglais par Richard Finney.

Mise à jour : une version précédente de cette information ne faisait pas état du département universitaire dans lequel étaient inscrits les étudiants victimes du transfert dans le nouveau campus.

Traduit en français par Éric PEGORER pour France-Tibet.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank