Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Compassion et tolérance ne sont pas des signes de faiblesse mais de force. »

La Chine étend son influence avec la construction d’une nouvelle route sur le plateau Doklam, frontière du Tibet

11 septembre 2017

Phayul, 4 septembre 2017 - Un expert chinois en stratégie averti l’Inde sur leurs intentions de construire plus de routes chinoises, non seulement à Doklam, mais aussi dans les zones frontalières au Tibet et au Xinjiang.

Victor Gao Zhikai, directeur de l’Association nationale des études internationales de Chine a déclaré, « l’Inde devra s’habituer au fait que la Chine est le plus grand, le plus efficace et le plus puissant des constructeurs de routes. A Doklam, si la Chine s’appuie sur la partie de l’Inde, le pays aura de bonnes raisons légitimes de contester ».

Il ajoute : « Cependant, si la Chine établie des connectivités mutuelles avec les autres pays et la construction d’autres routes sur le côté chinois de la frontière, aucun autre pays n’a le droit de s’interposer. Les routes sont neutres et l’Inde devrait être habitué à une infrastructure chinoise renforcée à Doklam et dans d’autres parties du Tibet ».

Cette tension qui a duré plus de 70 jours se termine avec le Sommet des BRICS à Xiamen, en Chine. C’est le chef de l’Etat chinois Xi Jinping qui a présidé la cérémonie d’ouverture. Le Premier ministre indien Narendra Modi était bien présent. Avant cette rencontre bilatérale, l’Inde a indiqué qu’elle voulait aller de l’avant et laisser derrière elle le problème.

Gao a déclaré que la Chine ne souhaite pas d’une guerre. Le déploiement par l’Inde de troupes armées pour interrompre le chantier avait rapidement fait monter la tension.

« La situation aurait pu s’élancer dans une guerre frontalière, et ni l’Inde, ni la Chine ne pourront contrôler l’ampleur et le développement de tels affrontements. Les deux pays pourraient subir d’énormes conséquences », à ajouté Gao (ancien interprète du président chinois Deng Xiaoping).

L’expert chinois a également félicité le Premier ministre indien d’avoir assisté au Sommet organisé cette année par la Chine. Il a déclaré : « c’est un développement formidable que le Premier ministre de l’Inde ait décidé d’assister au sommet, ce qui est de bon augure pour la solidarité entre les pays BRICS, même si certains d’entre eux ont été confrontés à des difficultés ».

Traduction de Laëtitia Fromenteau pour France Tibet.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank