Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Si nous voulons contribuer à l’avènement d’un avenir plus heureux, plus stable et plus civilisé, chacun de nous doit cultiver un sentiment sincère et chaleureux de fraternité. »

Des moines tibétains mis en garde quant à l’utilisation des médias sociaux

9 octobre 2017

Radio Free Asia, 9 octobre 2017 - Les autorités dans une préfecture Tibétaine du nord-est de la province du Qinghai ont convoqué les chefs des monastères bouddhistes locaux, en vue du prochain congrès du Parti Communiste Chinois, pour les prévenir des risques qu’ils encourent quant à l’utilisation des médias sociaux pour voir ou diffuser du « contenu illégal ». Pas question pour le gouvernement chinois de voir fuité sur internet quelconque immolation ou rébellion.

La mise au point qui a eu lieu du 14 au 18 septembre à Tsolho (en Chinois, Hainan) dans le comté de Trika (Guide), rassembla tous les dirigeants de «tous les monastères Tibétains de Tsolho » nous rapporte une source locale.

« Les autorités ont expliqué que la réunion avait été organisée sous l’impulsion des autorités supérieures pour prévenir les moines et les nonnes qu’ils ne devaient pas utiliser les médias sociaux, que ce soit pour visionner, écouter ou encore partager des photos et des clips vidéos au « contenu illégal » pendant la période durant laquelle se tiendrait le 19éme Congrès du Parti Communiste Chinois » nous rapporte la source de Radio Free Asia sous conditions d’anonymat.

Au cours de cette réunion les religieux ont été intimidés et menacés des « sévères conséquences » qui attendraient ceux qui oseraient propager de tels contenus ou ceux qui y inciteraient.

Une politique de répression a été adoptée par le gouvernement concernant les communications sur internet ou les médias sociaux suite aux protestations récurrentes des tibétains vivant dans les provinces de l’ouest de la Chine. Cela a conduit à des écoutes des médias sociaux par la police dans le but d’obtenir des preuves de partage de contenu avec des contacts hors de Chine.

« Au cours de la réunion, les officiels ont lourdement insisté sur l’importance d’exprimer sa loyauté envers le gouvernement Chinois ainsi que le Parti Communiste Chinois » nous informe la source de RFA, ajoutant qu’un des officiels a cité le cas d’un moine du comté de Mangra à Tsolho (Guinan) qui écopa d’une sentence de 3 ans de prison ferme pour avoir partagé des contenus interdits.

Les autorités Chinoises ont mis en place un dispositif national visant toute personne ayant un avis critique concernant le Parti Communiste Chinois ou encore le Président Xi Jinping avant le 19éme Congrès qui aura lieu à Beijing du 18 au 28 octobre.

Avec entre autres une interdiction de se rendre au Tibet pour toute personne hors de la zone politiquement sensible du Tibet.

Traduction France Tibet

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank