Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Compassion et tolérance ne sont pas des signes de faiblesse mais de force. »

Les fleuves du Tibet sont prépondérants pour l’avenir de l’Inde du Nord Est et le Bangladesh : un appel à l’action du Président en visite en Assam

6 novembre 2017

Administration Centrale Tibétaine, 6 novembre 2016 - Le Président Dr Lobsang Sangay de l’Administration Centrale Tibétaine en Exil – CTAE – a inauguré la 5ème Conférence Commémorative de Rabindranath Barthakul à Taj Vivanta, Guwahati le 3 novembre.

Cette conférence annuelle est organisée par la Fondation Balipata dans le cadre des deux journées du Forum 2017 du Sommet Naturenomics de l’Est-Himalayen.

De nombreuses et éminentes personnalités venues d’Assam, parmi lesquelles Shri Tarun Gogol, l’ancien Premier Ministre de l’Assam, et Miss Japon 2016, Priyanka Yoshikawa, ont assisté à cette Conférence.

Dans son discours, le Docteur Lobsang Sangay  décrivait le Tibet comme un chaînon vital pour la survie du monde – en particulier pour l’Inde du Nord Est – dans l’avenir, en raison de sa situation géologique unique en tant que Toit du monde et château d’eau de l’Asie.

Il déclarait qu’une crise de l’eau est imminente en Asie, soulignant que la croissance vertigineuse de la population mondiale n’est pas soutenable, eu égard à la quantité limitée de ressources naturelles telles que l’eau.

« Les scientifiques ont affirmé que la Terre peut faire vivre 7 milliards de personnes. Malheureusement, la population mondiale approche cette année de 8 milliards. Il n’y a pas, pour le moment, assez de terres, d’eau et de forêts pour ce milliard supplémentaire, » ajoutait le Docteur Sangay, prédisant de futures guerres de l’eau dans le futur.

La conséquence de ce déficit hydraulique, ajoutait le Docteur Sangay, c’est que le Plateau tibétain présente un enjeu crucial pour la survie du monde dans la mesure où le Tibet est le point de départ de dix fleuves majeurs en Asie. Il faisait également part de ses appréhensions vis-à-vis de la Chine qui pourrait tenter de monopoliser les ressources hydrauliques du Tibet, ce qui aurait pour conséquence de provoquer une importante pénurie d’eau dans les zones riveraines, comme le Nord Est de l’Inde et le Bangladesh.

Il précisait que la Chine pourrait être forcée de détourner les fleuves du Tibet en direction de ses régions arides du Nord Ouest, où l’eau douce est rare. « La Chine représente 19% de la population du globe, mais détient seulement 12% de ses ressources en eau. Il est donc pratiquement acquis qu’elle pourrait détourner les eaux pures du Tibet pour répondre aux besoins de ses propres habitants, » a-t-il averti.

La Communauté internationale devrait prendre fait et cause pour les Tibétains et confier aux Tibétains la gestion du plateau tibétain. Il a dit que le peuple tibétain, guidé par sa conception bouddhiste dans l’interdépendance, a ainsi vécu en harmonie avec la nature pendant des milliers d’années.

Le Docteur Lobsang Sangay abordait  ensuite la question du réchauffement climatique, et la manière dont il affecte le Plateau du Tibet. « Le Plateau tibétain a quelques unes des plus importantes réserves de permafrost. Avec la hausse des températures sur le plateau, ce permafrost fond, libérant dans l’air que les habitants respirent de dangereuses quantités de gaz tels que du méthane et de l’oxyde de carbone ».

Le Docteur Sangay a aussi souligné un retour en force de l’Asie au 21ème siècle, ainsi que la façon dont l’Inde et la Chine jouent un rôle clé à l’échelle mondiale. Pourtant il notait une importante course aux armements, suscitée par la demande en armes effrénée des pays d’Asie,  ce qui pourrait se traduire par un désastre imminent dans l’avenir.

La Conférence commémorative du Docteur Sangay se terminait  par des spectacles culturels et l’attribution des Baliapara Awards aux protecteurs et militants de la protection environnementale.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank