Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« La paix ne peut prendre racine tant que les droits de la personne sont bafoués. Comment la paix peut-elle régner alors que le simple fait de dire la vérité constitue un crime? »

La Chine libère 1.157 personnes impliquées dans les émeutes au Tibet

2 juillet 2008

A.F.P 20 juin 2008 http://afp.google.com/article/ALeqM5jo9t1bNc7ofzF6RYDlOE_50kxOpw

PEKIN (AFP) — La Chine a libéré au total 1.157 personnes accusées d'être impliquées dans les émeutes de Lhassa, la capitale de la région autonome du Tibet, en mars, a annoncé vendredi l'agence officielle Chine nouvelle citant un haut responsable tibétain.

Ces personnes avaient été arrêtées à la suite de délits mineurs dans le cadre des troubles, a déclaré le vice-président du Tibet, Palma Trily, au cours d'une conférence de presse à Lhassa.

Cette annonce survient à la veille du passage à Lhassa de la flamme olympique dont l'étape au Tibet a été ramenée de trois jours à une seule journée.

Auparavant, Palma Trily avait annoncé que les tribunaux tibétains avaient infligé des "peines" dont la nature n'a pas été précisée à 12 personnes impliquées dans les émeutes à Lhassa. Par ailleurs, 116 personnes attendent d'être jugées, a-t-il ajouté.

Selon lui, 1.315 personnes au total avaient été arrêtées ou s'étaient rendues aux autorités après les émeutes.

Au total, 42 personnes ont jusqu'à présent été jugées après les manifestations anti-chinoises du mois de mars. En avril, 30 personnes avaient été condamnées à des peines allant de trois ans de prison à la réclusion à vie.

Amnesty international avait appelé mercredi le gouvernement chinois à fournir des informations sur plus d'un millier de personnes placées en détention lors des violents troubles au Tibet à la mi-mars.

Les manifestations pacifiques, qui avaient commencé le 10 mars à Lhassa pour marquer l'anniversaire du soulèvement de 1959 contre la domination chinoise, avaient dégénéré en violences généralisées le 14 mars, s'étendant à d'autres régions de la Chine où résident des Tibétains.

Selon les dirigeants tibétains en exil, 203 personnes sont mortes au cours de la répression déclenchée ensuite par le gouvernement chinois.

La Chine de son côté revendique la mort d'un Tibétain "insurgé" et accuse les "émeutiers" d'être responsables de 21 décès.

La question du Tibet a été au centre des manifestations contre le parcours de la flamme olympique avant son arrivée en Chine, pays qui organise en août les Jeux olympiques d'été à Pékin.

Les militants pro-tibétains, les défenseurs des droits de l'homme et de la liberté de la presse ont organisé des manifestations massives à Londres, Paris et San Francisco et des rassemblements de moindre ampleur en Australie, en Inde et ailleurs.

L'étape tibétaine de la flamme est considérée comme l'une des plus sensibles du parcours chinois.

La Chine accuse les Tibétains de prendre pour cible les Jeux olympiques, bien que leur chef spirituel, le dalaï lama, ait apporté à plusieurs reprises son soutien à l'organisation des JO à Pékin.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank