Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Compassion et tolérance ne sont pas des signes de faiblesse mais de force. »

Trois journalistes empêchés dans leur travail

8 août 2008

Le Progres 6 Aout 2008 http://www.leprogres.fr/Imprimer/1037430.html

Deux journalistes japonais, qui couvraient les suites de l’attentat à Kasghar, ont été brutalisés par la police chinoise qui leur a ensuite présenté des excuses, a-t-on appris hier auprès d’un des intéressés et de la presse chinoise.
Masami Kawakita, photographe au quotidien Tokyo Shimbun, a été interpellé par des policiers paramilitaires lundi soir alors qu’il prenait des photos des lieux de l’attentat. Emmené dans un bâtiment gouvernemental à proximité, «ils m’ont obligé à rester assis là pendant deux heures. Je ne pouvais pas passer un coup de fil, c’est invraisemblable» d’être traité comme cela, a-t-il déclaré.

Il dit aussi avoir été plaqué au sol à un moment donné, le pied d’un policier maintenant sa tête contre terre. Son confrère Shinji Katsuta, caméraman de Nippon News Network, était détenu en même temps que lui mais dans une autre pièce, a-t-il encore précisé.

Des policiers ont par ailleurs fait irruption dans la chambre d’un photographe de l’Agence France Presse, le forçant à effacer les photos qu’il avait prises du site de l’attaque. Hier à Kashgar, les journalistes étaient suivis par des policiers en civil.
Le Club de la presse étrangère en Chine « condamne les brutalités de la police paramilitaire » contre ces journalistes, a déclaré son président, Jonathan Watts, présent à Kashgar.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank