Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Je reste attaché au dialogue. Je suis en effet fermement convaincu que le dialogue et la volonté d’examiner clairement et honnêtement la réalité du Tibet peuvent nous conduire à une solution viable. »

JO-2008 : Lopez Lomong un porte-drapeau militant du Darfour pour les Américains

8 août 2008

A.F.P 7 Aôt 2008 http://afp.google.com/article/ALeqM5i-pEd10xxu9BOhxRvMCIcph0RaDw

PEKIN (AFP) — Les Américains ont désigné comme porte-drapeau pour la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Pékin vendredi Lopez Lomong ( Photo ) , un athlète né au Soudan et militant pro-Darfour..

Dans le contexte politique et polémiste de ces derniers mois, ce choix par vote des capitaines de chaque discipline risque de passer pour la reconnaissance d'un destin hors du commun autant que pour un symbole politique fort.

Ce spécialiste du 1500 m a fui le Soudan à l'âge de six ans pour ne pas devenir un enfant-soldat et s'est retrouvé séparé de sa famille. Il a ensuite passé dix ans dans un camp de réfugiés au Kenya avant de migrer aux Etats-Unis, où il a pu embrasser sa carrière d'athlète.

Arrivé aux Etats-Unis après avoir rédigé un essai sur son "rêve américain" en 2001, Lomong est citoyen américain depuis 2007. Et depuis, ce jeune homme de 23 ans n'a jamais oublié ses origines, choisissant de militer.

"En tant qu'athlètes, nous devons envoyer un message au gouvernement (soudanais) de ne pas tuer ou bombarder et à la Chine d'arrêter (son soutien) car les armes ne servent pas à défendre le pays mais à tuer des innocents. Nous sommes au 21e siècle et je ne veux pas que des enfants continuent à grandir dans des camps de réfugiés", a-t-il ainsi été cité sur le blog "blogfordarfur.org", site pro-darfour.

Début juillet, lorsqu'il avait gagné sa sélection pour les JO sur la piste de Eugene, Lomong était revenu sur son engagement. "Ce n'est pas pour ce qui se passe entre le gouvernement soudanais et le gouvernement chinois. C'est pour ce qui arrive au peuple. Nous voulons simplement que les enfants du Darfour soient sains et saufs et vivent au milieu de leur famille. C'est politique. Ce qui m'inquiète, ce sont les enfants qui meurent au Darfour. Ils ne peuvent pas rêver d'être aux JO ou d'être médecins", avait-il expliqué dans l'Oregon. "Tout cela sera dans mon esprit parce que je veux simplement le bien-être du peuple", avait-il ajouté.

Cette nomination remet inévitablement la lumière sur un sujet qui avait déjà provoqué en début d'année de nombreuses critiques internationales envers Pékin pour son soutien au régime soudanais. La Chine est un partenaire économique majeur du Soudan et ses liens avec Khartoum sont perçus comme un frein aux efforts internationaux pour faire pression sur le gouvernement soudanais au sujet du Darfour.

Des hommes politiques étrangers et des personnalités publiques de premier plan, comme les acteurs George Clooney ou Mia Farrow, avaient évoqué la question. Un appel au boycott de la cérémonie d'ouverture avait été lancé. Le réalisateur américain Steven Spielberg avait renoncé à être le consultant pour les cérémonies d'ouverture et de clôture des JO.

Mercredi, l'Américain Joey Cheek, médaillé d'or de patinage de vitesse en 2006 et fondateur de l'organisation "Team Darfur", a vu son visa pour la Chine révoqué par les autorités, tout comme Mia Farrow il y a quelques temps.

Cheek devait se rendre à Pékin pour soutenir plus de 70 athlètes en compétition qui se sont engagés à attirer l'attention sur les violences au Darfour pendant les JO. La Chine, investisseur majeur et premier client du pétrole soudanais, est régulièrement accusée de fournir des armes au Soudan et de ne pas intervenir suffisamment auprès de Khartoum pour mettre fin aux violences. Depuis 2003, le conflit au Darfour, où s'affrontent forces gouvernementales appuyées par des milices arabes et mouvements rebelles, a fait jusqu'à 300.000 morts selon l'ONU, quelque 10.000 selon Khartoum.

Lomong a un rêve au cas où il monterait sur le podium le 20 août au lendemain de la finale.

"Je porterai alors les drapeaux américain et soudanais. Ce serait ma façon de dire: +Voilà, une victime qui a dû fuir et voilà maintenant ce que cette victime est devenue", a-t-il écrit sur le blog.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank