Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Si nous voulons contribuer à l’avènement d’un avenir plus heureux, plus stable et plus civilisé, chacun de nous doit cultiver un sentiment sincère et chaleureux de fraternité. »

Le dalaï-lama à Nantes : "La violence est démodée!"

18 août 2008

Henri Tincq
LE MONDE (France)
August 16, 2008

NANTES, ENVOYÉ SPÉCIAL

Près de 9 000 personnes ont assisté, vendredi 15 août au Zénith de
Nantes, au premier rassemblement public du dalaï-lama en France. Le
silence est impressionnant quand il arrive près de son trône, encadré
par des rangées de moines et de nonnes. Debout, la foule n'applaudit
pas. L'atmosphère est au recueillement, appuyé par la musique
tibétaine, les oriflammes tendues sur les murs de béton et les
drapeaux d'un pays sous oppression.

Le public comprend une petite partie d'initiés au bouddhisme,
reconnaissables à leur coussin de méditation et à leur mala
("chapelet") qui glisse entre les doigts. Les plus nombreux sont les
curieux, ou les sympathisants de la cause tibétaine, ou ceux qui
vénèrent ce sage qui n'assène pas de certitudes, mais parle de choses
simples, confinant parfois à la platitude : le bonheur, la
compassion, l'altruisme.

On vient écouter un message spirituel, découvrir une philosophie. Le
public est jeune, aisé, familial, éduqué. Croyants (d'origine
chrétienne ou qui le sont restés) ou non-croyants, ils viennent
chercher des voies nouvelles, retrouver les vertus du silence, du
calme mental, de la contemplation. Ce public écoute, applaudit
rarement, ne s'enflamme jamais.

La séduction opère. Le dalaï-lama est venu traiter d'un thème, "Paix
intérieure et paix extérieure", qui préface une série d'enseignements
de cinq jours à Nantes (5 000 personnes ont payé 175 euros). Il met
les sceptiques de son côté par sa bonhomie, son rire sonore et
contagieux. Il met une visière sur son crâne rasé pour scruter les
visages et fait mine de s'étonner de la foule. "Le dalaï-lama se
met-il en colère ?", demande un participant. "Oui. Et faites très
attention!" Le public est plié en deux.

"Certains pensent que j'ai des pouvoirs miraculeux. C'est faux,
dit-il. Je suis comme vous. J'ai un corps comme vous, un esprit comme
vous, des émotions comme vous." Le "mental" et l'"affectif" sont,
précisément, le siège des "souffrances". "La paix intérieure, ajoute
le maître, dépend de la façon dont on gère ses états mentaux et ses
émotions." La conférence tourne à la séance de thérapie collective :
"La compassion développe le système immunitaire. L'agressivité, la
haine le détruisent." Le dalaï-lama ne voit de solution aux conflits
du monde que dans la conscience de "l'interdépendance de 6 milliards
d'êtres humains", dans l'"altruisme" et le dialogue. Une question
tirée au sort demande si la "non-violence" reste la seule riposte
possible "face à l'intolérance de la Chine". Aucun doute pour lui.
"La violence est démodée!", ajoute-t-il joliment. Cela vaut aussi pour l'Irak.

A la France, il demande de reconvertir ses usines d'armement :
"Plutôt que des tanks, fabriquez des logements." Puis il suggère que
le siège de l'UE soit déplacé au centre de l'Europe, en Pologne ! Que
la Russie intègre l'OTAN et Moscou en devienne la capitale ! Bien
sûr, il n'est pas dupe.

Reçue par le dalaï-lama, Ségolène Royal souhaite se rendre au Tibet
L'ex-candidate PS à la présidentielle Ségolène Royal a annoncé
samedi, après une rencontre avec le dalaï lama, son intention de se
rendre au Tibet et a appelé Pékin à "renouer le dialogue" avec le
prix Nobel de la Paix."Il a trouvé que c'était une bonne idée et donc
dès la semaine prochaine je vais demander aux autorités chinoises un
visa pour me rendre au Tibet, je crois que les choses pourront ainsi
bouger", a ajouté la responsable socialiste. "Les solutions
pacifiques, les solutions raisonnables que proposent le dalaï lama
doivent être entendues des autorités chinoises", a poursuivi Mme
Royal, estimant qu'un geste dans ce sens de Pékin lui permettrait de
retrouver "une respectabilité internationale". --(Avec AFP)
Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank