Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« La paix ne peut prendre racine tant que les droits de la personne sont bafoués. Comment la paix peut-elle régner alors que le simple fait de dire la vérité constitue un crime? »

TIBET Matthieu Ricard : «le dalaï-lama est découragé »

9 février 2009

Le Matin ( Suisqse ) 3 Février 2009 http://www.lematin.ch/actu/monde/matthieu-ricard-dalai-lama-decourage-79171

Le chef spirituel des Tibétains n'a pas le moral. La faute aux Chinois qui refusent tout dialogue, estime Matthieu Ricard, un de ses proches.

Quelle issue à la crise entre le Tibet et la Chine? Aucune, estime Matthieu Ricard*, moine bouddhiste français et proche du dalaï-lama. Pis, cette situation bloquée par les Chinois sape le moral du chef spirituel des Tibétains, 73 ans, qui a été hospitalisé brièvement cette semaine à New Delhi. Pour la troisième fois en cinq mois. «Le dalaï-lama est découragé depuis les tragiques événements de mars dernier (ndlr: les révoltes antichinoises de Lhassa)», reconnaît Matthieu Ricard.

«Les Chinois ne veulent pas négocier un accord sur l'autonomie culturelle et religieuse du Tibet. Depuis la fin des Jeux olympiques et le refus en bloc par Pékin du projet tibétain d'une autonomie, compatible avec la Constitution chinoise, qui permettrait la survie de l'héritage culturel du Tibet, le dialogue semble être au point mort», poursuit Matthieu Ricard qui est sorti de sa retraite spirituelle dans l'Himalaya le temps du WEF pour participer à divers dialogues auxquels il a été convié et promouvoir Karuna-Shechen, l'association humanitaire qu'il coordonne et qui est active au Népal, en Inde et au Tibet.

C'est une situation déplorable, estime le Français: «Les Chinois ne comprennent pas que le mieux pour tous serait de trouver un accord avec le gouvernement tibétain en exil tant que le dalaï-lama est en vie. Une fois qu'il ne sera plus là, ceux qui exigent l'indépendance du Tibet pourraient prendre le relais. Ce qui ne mènera pas à grand-chose.»

D'autant que la communauté internationale a d'autres préoccupations que de voler au secours du Tibet depuis l'éclatement de la crise des subprime. «Dans beaucoup de pays démocratiques, c'est le plus souvent «mollesse oblige». Il est regrettable que la cause tibétaine soit ainsi sacrifiée.»

Intérêts commerciaux

Les pays capitalistes ont trop besoin de faire du commerce avec la Chine pour exiger un véritable respect des droits de l'homme de la part de la nation la plus peuplée du monde. «Le monde se couche trop facilement devant les Chinois. C'est un mauvais calcul, car le gouvernement chinois est des plus cyniques et méprise ceux qui s'abaissent devant lui.»

Une phrase que le Conseil fédéral devrait méditer, lui qui a accueilli en grande pompe la semaine dernière à Berne Wen Jiabao, le premier ministre chinois. Et qui a fait dégager manu militari de la place Fédérale la poignée de manifestants protibétains.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank