Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

DEN CHOEKHOR ( TIBET) : 7 moines arrêtés et disparition de l'Abbé de leur monastère

10 février 2009

Phayul traduction France Tibet 9 Février 2009 http://www.tibet.fr/site/index.php?itemid=4632

Dharamsala (Inde), 9 février 2009 : Sept moines du monastère de Choekhor du Ccomté de Jomda, dans la Préfecture de Chamdo, ont été arrêtés le 24 janvier et sont actuellement retenus au centre de détention du Comté de Jomda, selon un moine du monastère de Drepung en Inde, grâce à des contacts dans le secteur et qui a renseigné phayul.


Les sept moines sont le Chef de chants Nima Tsering , Lhundup chargé de la discipline, Nyichey, Tsering Palden, Ngawang Tashi, Tado et Tashi Dawa. L'abbé du monastère, Tenzin Gyalsten, manque également. Tenzin a étudié de 1995 à 2003 au monastère de Drepung Loseling en Inde du Sud. Il est revenu au Tibet et a enseigné la dialectique au monastère de Den Choekhor avant d'être nommé Abbé en novembre 2008.


Environ 300 personnes comprenant des moines de monastère de Choekhor de ce Comté de Jomda ont participé à une démonstration de protestation devant le bureau administratif de gouvernement, le 10 janvier 2009.
La source a indiqué à phayul que cette manifestation s'était déclanchée afin d'empêcher les autorités gouvernementales locales de transporter une troupe d'artistes danseurs tibétains jusqu'à Lhassa pour participer à la célébration « du jour anniversaire d'émancipation des serfs » le 28 mars.


“ C'est une tentative délibérée d'humilier les Tibétains qui ne sont pas complètement remis de la terrible répression militaire de l'année dernière. Les Chinois blessent ainsi intentionnellement les sentiments des Tibétains.”


La même source indique que deux explosions s'étaient produites près du bâtiment administratif du gouvernement dans la banlieue de Choekhor causant le 5 janvier 2009 des dommages matériels lourds mais aucun accident de personne n'a été rapporté.
Les autorités n'ont pu arrêter qui que ce soit en liaison avec les explosions. Selon la même source, la présence militaire est importante depuis le 12 janvier dans ce secteur et de sévères restrictions ont été imposées à l'encontre des déplacements des Tibétains.


“ Les autorités, qui ont accusé des moines du monastère de Choekhor d'être à l'origine des explosions du 5 janvier, ont conduit de force plusieurs moines au bureau du Gouvernement local pour des interrogatoires , et ont demandé aux moines de signer un document qui, particulier leur demande de renoncer à reconnaître Sa Sainteté le Dalai Lama.Personne, cependant, n'a signé le document.”
Le 16 janvier, Gen Jamshey, Chef de chants du monastère de Choekhora été détenu, toujours selon cette source.

Craignant l'agitation publique, les autorités ont indiqué que Jamshey devait assister à une réunion dans le comté de Jomda et l'ont alors transporté dans le Comté de Degepuis placé dans un autre véhicule et conduit loin de là.” Nul ne sait où la GEN Jamshey est actuellement retenu .


La troupe de danseurs a quant à elle, refusé de voyager à Lhasa mais a été forcée de partir le 15 janvier. Quelques membres de la troupe, selon la source, ont échappé dans la nuit du 14 janvier. Deux moines, Tsetan Sonam et Choekyong, ont été battus très sévèrement.
Les noms des personnes et des lieux sont peut-être mal orthographiés car prononcés en dialecte local, et peuvent ne pas être corrects

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank