Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Le Canada peut, dans une atmosphère cordiale et constructive, demander au gouvernement chinois de résoudre la situation du Tibet. »

Incendie à Pékin: la télévision chinoise ridiculisée par les internautes

12 février 2009

Le Monde 11 Février 2009 http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-38423192@7-37,0.html

La télévision centrale chinoise, bras audiovisuel de la propagande du régime communiste, est l'objet des plaisanteries et critiques des internautes pour sa responsabilité dans un spectaculaire incendie à Pékin sur le site de son futur siège.

La blague la plus populaire, qui circule sur l'internet malgré la censure, est que CCTV a réussi à créer l'un des événements de l'année mais a eu du mal à en parler.

Les médias officiels chinois ont tenté de limiter la couverture de l'incendie lundi soir, provoqué par un feu d'artifices organisé illégalement par CCTV. Mais des milliers de témoins ont inondé internet de leurs photos.

"Même quand l'incendie est juste sous leurs yeux, ils essaient encore de cacher la vérité... pour cette actualité brûlante, les médias officiels ont été battus par les médias citoyens", affirme le bloggeur Wang Xiaofeng.

L'incendie a détruit une grande partie d'un centre culturel de 29 étages, qui devait héberger un hôtel de luxe, un studio de télévision et un centre technique. Un pompier est mort en combattant les flammes.

L'immeuble est proche de la tour CCTV de 234 m, conçue par l'architecte néerlandais Rem Koolhaas et qui doit accueillir le siège de la télévision en octobre.

Preuve de l'embarras du pouvoir face à cette bourde de CCTV, le Département de la propagande avait enjoint les sites internet de ne reprendre que des informations et des photographies émanant de l'agence officielle Chine Nouvelle. Malgré tout, les internautes ont réussi à braver la censure, publiant blagues ou affiches de cinéma détournées pour se moquer du géant audiovisuel chinois.

"La plupart des commentaires critiques que les autorités ne cessent d'effacer reflètent une attitude populaire d'opposition à CCTV parmi les internautes", juge Xiao Qiang, responsable du programme Internet Chine à l'Université de Californie.

Le mois dernier, 22 universitaires avaient lancé en ligne une campagne appelant à boycotter CCTV, accusée notamment de "laver les cerveaux".

En avril dernier, un site anti-CCTV a aussi été lancé pour recenser ses erreurs.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank