Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

La Chine va créer une liste noire de journalistes

16 février 2009

Julie Connan, Le Figaro : 13/02/2009 
 

Pékin entend ainsi priver de cartes de presse les journalistes chinois s'étant rendu coupables d'une «conduite professionnelle malsaine». Reporters sans frontières fait part de son inquiétude.

Alors que la Chine détient depuis 10 ans le triste record du pays qui emprisonne le plus ses journalistes, le pays s'apprête désormais à créer une liste noire les concernant.

Selon la numéro deux de l'administration générale de la presse et de l'édition, Li Dongdong, cette base de données réunira les journalistes s'étant rendu coupables d'une «conduite professionnelle malsaine», sans davantage de précisions.

Ces «transgresseurs seront interdits d'exercice des métiers de l'information», autrement dit de cartes de presse, a-t-elle ajouté à l'agence officielle de presse China News Service. Ces mesures ne s'appliquent toutefois pas aux journalistes étrangers qui dépendent du ministère chinois des Affaires étrangères.

Raison officielle de cette décision : «en finir avec les fausses informations». Une justification qui ne convainc pas tout le monde : «cette histoire de combattre les fausses nouvelles est un masque. Le problème des reportages et des reporters bidons est réel, mais il existe déjà beaucoup de moyens de les traiter», a ainsi réagi Li Datong, ancien responsable du China Youth Daily démis de ses fonctions pour avoir osé critiquer la censure.

Deux commémorations à surveiller

L'organisation Reporters Sans Frontières qui dénonce régulièrement la corruption, la censure et les pressions subies par les journalistes, s'est également dite «inquiète» du renforcement de ce contrôle des médias locaux.

D'autant que cette liste noire ne serait qu'un volet d'une plus large surveillance des médias, via la délivrance de cartes de presse et les compétences requises.

Avant d'accueillir des milliers de journalistes étrangers à l'occasion des Jeux olympiques à l'été 2008, la Chine avait pourtant été contrainte de relâcher ses contrôles sur les médias et Internet.

Mais depuis, la crainte d'un nouveau recul de la liberté de la presse ne fait qu'augmenter, notamment à l'approche de deux commémorations ultrasensibles : le 50e anniversaire du soulèvement du Tibet le 10 mars et le 20e anniversaire des manifestations de Tian'anmen, le 15 avril prochain.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank