Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« La paix ne peut prendre racine tant que les droits de la personne sont bafoués. Comment la paix peut-elle régner alors que le simple fait de dire la vérité constitue un crime? »

Ile Maurice: Visite du Président chinois: Amnesty interdite de rassemblement

19 février 2009

L'express.mu (Ile Maurice) 16 Février 2009 http://www.lexpress.mu/Story/1437~Visite-du-Président-chinois--Amnesty-interdite-de-rassemblement

Amnesty International Maurice a en vain tenté d’organiser un rassemblement pour dénoncer les abus aux droits humains en Chine.

Amnesty International Maurice Section (AIMS) écrit à la police le 10 février 09 pour obtenir l''autorisation de tenir une activité publique, ce 16 février. L’objectif est de dénoncer l'emprisonnement arbitraire des défenseurs des droits humains, la censure de la presse et de l'internet, et les exécutions, entre autres. AIMS comptait organiser cette manifestation pacifique dans le cadre de la visite du Président Hu Jintao dans l’île.

Le Commissaire de Police répond par le négatif à la demande d’AIMS. Il motive son refus en brandissant la section 3 (1) de la Public Gathering Act (PGA), qui stipule que «toute personne ou organisation désireuse d’organiser une manifestation publique doit faire connaître ses intentions à l’écrit au Commissaire de Police sept jours avant que le rassemblement n’ai lieu.»

«C'est la première fois qu'AIMS essuie un tel refus de la part des autorités pour la tenue d'une manifestation pacifique. Or dans des dizaines de cas dans le passé, nous avons eu à organiser de telles activités dans des courts délais avec la permission de la police, qui avait vraisemblablement utilisé la section (3) de la PGA qui stipule qu’il est possible au Commissaire de Police d’accepter un délai plus court que les 7 jours lorsque c’est pour une bonne cause», explique Kavi Pyneeandy, président d’AIMS.

«Pourquoi ce refus dans le cas de la Chine?», se demande Amnesty International Maurice. «Les considérations économiques ont-elles primé sur la question des droits humains? Ou choisit-on de faire la sourde oreille quand il s'agit de dénoncer ses amis pour abus des droits humains et de crier à tue-tête quand c'est les autres? Les droits humains doivent être au service de l'économie. La sélectivité dans la dénonciation des abus des droits humains détruit la notion même des droits humains», prévient Kavi Pyneeandy.

AIMS, par la voix de son directeur, Lindley Couronne, a aussi écrit une lettre ouverte au Président de la République populaire de Chine.

CI DESSOUS : LETTRE DU DIRECTEUR D' AMNESTY INTERNATIONAL DE MAURICE AU PRESIDENT CHINOIS

 

Lettre ouverte d’Amnesty International Maurice au Président

de la République populaire de Chine

                            

«  La technique ne suffit pas à créer une civilisation. Pour qu’elle

soit un élément de progrès, elle exige un développement parallèle de nos conceptions morales…

 

 

 

Monsieur le Président de la République populaire de Chine,

 

Je voudrais d’emblée, au nom de la Section mauricienne d’Amnesty International, O.N.G des droits humains, vous souhaiter la bienvenue dans notre pays. Un lien historique fort unit la Chine et Maurice et il est tout à fait naturel que la République de Maurice s’engage aux côtés de la Chine car votre pays joue un rôle essentiel sur la scène économique mondiale et depuis ces dernières décennies est devenue une puissance industrielle, commerciale et financière incontournable. Il faudrait être aveugle pour ne pas reconnaître le bond en avant remarquable de la Chine et nul ne pourrait reprocher à des dirigeants leur volonté politique de développer une société de bientôt 1.4 milliards d’habitants…

Vous avez beaucoup de mérite, M.Hu Jintao, d’avoir su avec conviction, discipline et patience œuvrer avec votre équipe gouvernementale et M. Wen Jinbao à ce que votre peuple bénéficie de ces droits humains, oh combien importants, que sont les droits économiques, sociaux et culturels. Car à quoi sert la liberté, à quoi sert le droit à l’expression ou le droit de vote si les conditions ne sont pas réunies par les dirigeants politiques d’un Etat pour qu’un peuple puisse vivre dans la dignité et le progrès ? La scène politique mondiale abonde d’exemples de ces Etats qui donnent volontiers la liberté d’expression et tous les autres droits civils et politiques en trouvant naturels que des êtres humains puissent mourir de froid, dormir en pleine rue ou subir les affres du chômage.

Il faudrait aussi être de mauvaise foi pour ne pas reconnaître les progrès réalisés par la Chine dans certains secteurs des droits humains, comme les avancées en matière de justice, la mise en place de programmes d’éducation aux droits humains et l’adoption de la loi sur les contrats de travail. Amnesty International considère aussi comme extrêmement positive la collaboration de la Chine à l’Examen périodique universel des Nations Unies.

Nous savons tous qu’il n’existe pas de société parfaite, ni la nôtre, ni la vôtre, ni aucun autre pays au monde et que les êtres humains sont encore à « l’aube de l’humanité » en ce qui concerne les droits humains et la démocratie. Nous aimerions donc vous inviter à continuer les efforts en ce sens entrepris par votre gouvernement.

 

Mais il faudrait être sourd et aveugle pour ne pas voir et entendre ce qui se passe au Tibet, Monsieur Hu Jintao, ni la répression sévère dont sont victimes les Oui gours, ni les persécutions dont font l’objet divers pratiquants religieux dont les membres du mouvement Fa Lun Gong, ni les 5000 – 6000 personnes victimes de la peine de mort annuellement, ni la rééducation à travers le travail dont sont victimes les citoyens chinois : écrivains, journalistes, paysans, religieux, militants des droits humains et autres « fauteurs de trouble ». Nous vous exhortons à changer ce système inique qui donne lieu à l’incarcération de milliers de personnes sans jugement, ni possibilité de consulter un avocat. Nous vous demandons aussi de permettre l’accès à l’Internet et de revoir les délits associés à cette censure (Le site d’Amnesty International, par exemple, est banni sur l’Internet chinois).

Donnez-nous, Monsieur le Président des informations sur Gao Zhisheng1 dont on est sans nouvelles depuis le 19 Janvier et rassurez nous qu’il ne subit pas d’actes de tortures graves et de mauvais traitements par vos services de sécurité. Et comprenez Monsieur Hu Jintao qu’aucun Etat au monde ne pourra éliminer les défenseurs des droits humains. Des milliers de Gao Zhisheng sauront élever la voix quand des violations à l’encontre des lois internationales sont commises. Car les droits humains qui reposent sur la dignité, la justice et l’égalité sont ce qu’il y a de plus profond en l’humanité et nulle force ne saurait les retenir…

Monsieur le Président, votre pays fait partie de la Convention contre la torture depuis 1988 et en tant que dirigeant vous devez vous assurer que ces obligations internationales soient respectées2.

Rassurez nous sur Liu Xiaobo éminent universitaire détenu sans inculpation depuis le 8 décembre 2008 pour avoir demandé des réformes politiques et juridiques. Est-ce un crime, Monsieur le Président, de demander d’élargir l’espace démocratique ? Est-ce que l’Etat chinois et ses dirigeants pensent sincèrement que les militants de la démocratie se tairont à cause de la terreur que vos forces de sécurité exercent?

Ici même à Maurice, les militants d’Amnesty International voulaient exprimer leur volonté de faire libérer Gao Zhisheng à travers une manifestation de rue mais les autorités mauriciennes nous l’ont interdite. La démocratie, voyez-vous,  est souvent un apprentissage difficile pour les dirigeants politiques.

Vous ne pourrez éviter la question des droits humains, Monsieur le Président, parce qu’ils nous concernent tous, et sont universels, inaliénables et indivisibles. A l’heure où je vous parle, des adolescents de 13-14 ans militants, militantes d’Amnesty International Maurice prennent conscience à travers nos Actions urgentes des injustices commises à l’encontre des militants des droits humains à travers le monde, du Myanmar à la Chine en passant par la Colombie, l’Inde, le Zimbabwe, la France et la Belgique. Voyez-vous, Amnesty International a été fondé pour protester contre l’emprisonnement de 2 jeunes étudiants portugais (protestant contre le régime du général Salazar) qui avaient levé leur verre en l’honneur de la liberté.  Nous aurions aimé que votre gouvernement ait la volonté politique d’amnistier TOUS les prisonniers d’opinion en Chine. Ce serait, croyez-nous, un grand pas vers une plus solide culture des droits humains et plus de démocratie dans votre pays.

Nous vous souhaitons un excellent séjour parmi nous Monsieur le Président de la République populaire de Chine. Le peuple mauricien, nous en sommes certains, saura vous gratifier d’un accueil digne de votre fonction.

 

Respectueusement vôtre,

 

Lindley Couronne

Directeur 

 

1 Gao Zhisheng avait été détenu plusieurs semaines en 2007 peu après avoir envoyé une lettre ouverte au Congrès américain dénonçant la situation des droits humains en Chine. En octobre 2005, il vous avait adressé une série de lettres pour vous demander de faire cesser les actes de tortures aux pratiquants du Fa Lun gong et de cesser les persécutions contre les chrétiens et les militants de la démocratie.

2 En novembre 2008, le comité des Nations Unies contre la torture a indiqué dans ses observations finales qu’il restait « profondément préoccupé par la persistance de pratiques de torture généralisées et de mauvais traitements contre des suspects placés en garde à vue. »

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank