Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Compassion et tolérance ne sont pas des signes de faiblesse mais de force. »

Pierre Bergé défie Pékin avant la vente d'oeuvres d'arts de la collection d' Yves Saint Laurent

25 février 2009

L' Express 20 Février 2009

http://www.lexpress.fr/actualites/2/pierre-berge-defie-pekin-avant-la-vente-d-oeuvres-de-collection_742426.html

PARIS - Quelques mois après le décès d'Yves Saint Laurent, Pierre Bergé disperse aux enchères les oeuvres d'art acquises avec le couturier, dont des Matisse, des Picasso et deux sculptures de bronze réclamées par Pékin.

A deux jours du début de la vente au Grand Palais à Paris, l'homme d'affaires a qualifié de "ridicule" une procédure judiciaire visant à restituer à Pékin deux figures du XVIIIe siècle - une tête de rat et une autre de lapin - volées pendant les guerres de l'opium.

Il s'est dit sûr de son bon droit, malgré le référé déposé par une association de défense du patrimoine chinois devant le tribunal de grande instance de Paris visant à empêcher la vente de ces deux pièces.

L'audience doit se tenir lundi, à quelques heures du début de la vente aux enchères qui dispersera 733 oeuvres d'art acquises par Pierre Bergé et Yves Saint Laurent.

Pékin veut récupérer ces deux objets qui ornaient la fontaine du palais d'été de l'empereur Qianlong, dérobés par les puissances occidentales vers 1860.

"Je suis protégé complètement par la loi et c'est en toute sérénité que j'attends la suite de ce référé", a déclaré Pierre Bergé vendredi à Reuters.

Et l'homme d'affaires de proposer un marché aux autorités chinoises : les deux sculptures contre un assouplissement de la politique des droits de l'homme en Chine.

"Moi je suis prêt à offrir ces têtes en bronze au gouvernement chinois, tout de suite", a-t-il déclaré devant deux oeuvres d'Andy Warhol représentant Yves Saint Laurent.

"Il leur suffit, aux Chinois, de déclarer qu'ils vont appliquer les droits de l'homme, rendre la liberté aux Tibétains et accepter le dalaï-lama sur leur territoire".

"UN CHANTAGE QUE J'ASSUME"

"S'ils font cela, je serai très heureux, moi-même de leur apporter ces deux têtes chinoises pour les remettre au Palais d'été, à Pékin", a-t-il insisté. "C'est évidemment du chantage, mais c'est un chantage que j'assume".

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank