Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

Les questions liées au Tibet sont parmi les premières priorités de la politique américaine envers la Chine

2 juillet 2009

France Tibet 26 Juin 2009 http://tibet.fr/site/index.php?itemid=6959

Les questions liées au Tibet resteront parmi les principales priorités de la politique américaine envers la Chine, a dit Kurt M. Campbell, récemment nommé par le Président Obama au poste de Secrétaire Adjoint aux affaires de l'Asie de l'est et de la Pacifique.

Encourager le respect des Droits de l'Homme, dont les droits des minorités et la liberté de religion, dans toutes les régions, y compris le Tibet, est une grande priorité dans notre engagement bilatéral avec la Chine a dit M. Campbell lors de son audition devant le Comité des Relations Etrangères du Sénat et en réponse aux questions des sénateurs le 10 juin 2009.

"En engageant la Chine sur un grand éventail de défis, nous aurons des discussions franches sur des questions où il y a des désaccords, dont les Droits de l'Homme, le Tibet, la liberté de religion et la liberté d'expression" a dit M. Campbell dans une réponse écrite à une question.

Il soutient que la "promotion des droits de l'homme est un aspect essentiel de la politique étrangère américaine" et il a ajouté que le Président Obama et la Secrétaire d'Etat Clinton avaient tous les deux soulevé leurs inquiétudes à propos des Droits de l'Homme et les questions tibétaines lors de leurs réunions respectives avec les dirigeants chinois.

"Nous ne répugnerons pas à chercher des occasions de soulever franchement avec les dirigeants chinois nos inquiétudes sur la mauvaise situation des Droits de l'homme au Tibet. Le Président Obama et la Secrétaire d'Etat Clinton ont discuté des problèmes tibétains avec les responsables chinois au plus haut niveau, et moi je ferai de même" dit Campbell qui devrait être confirmé rapidement dans son poste par le Sénat.

Campbell est le premier responsable haut placé du Département d'Etat à se présenter devant le comité qui sera responsable des questions qui, dans leur ensemble, formeront la politique américaine sur le Tibet, dit dans un rapport sur son site web la Campagne Internationale pour le Tibet, un groupe de pression qui soutient le Tibet à Washington.

D'après ce rapport, le Secrétaire Adjoint de la démocratie, des droits de l'homme et du travail, le Secrétaire Adjoint de la population, des réfugiés et de la migration, l'ambassadeur américain en Chine, et le coordinateur spécial des affaires Tibétaines sont tous des membres clés de l'équipe de politique du Département d'Etat et devraient être en place dans les semaines à venir.

Dans sa déclaration, Campbell a également dit que le gouvernement américain continuerait à promouvoir le dialogue positif entre les responsables chinois et tibétains dans le but d'atteindre résultats significatifs sur le Tibet.

"De la même manière, nous encouragerons aussi les tibétains à poursuivre le dialogue avec les chinois et à identifier des domaines où des améliorations substantielles dans la vie des tibétains peuvent de manière réaliste être atteintes."

Cette administration considère que les discussions entre le gouvernement chinois et les représentants du Dalaï Lama sont essentielles pour résoudre les tensions de longue date dans les régions tibétaines de la Chine, et pour protéger l'identité ethnique, culturelle et religieuse du peuple tibétain. « Nous continuerons à nous concentrer sur la promotion du dialogue positif qui vise à atteindre des résultats significatifs", dit-il.

Répondant à la déclaration de Campbell, Todd Stein, directeur des relations avec le gouvernement de la Campagne Internationale pour le Tibet, a dit: "L'attente des 'résultats significatifs' fait écho aux déclarations récentes du président Obama, de la secrétaire d'état Clinton et de la présidente de la Chambre des représentants Pelosi, qui donnent une haute priorité pour le Tibet et un sentiment que les discours ne suffiront pas pour satisfaire une nouvelle équipe présidentielle qui recherche des preuves de progrès sur le Tibet et qui est prête soutenir les moyens de l'obtenir. Le langage sans ambiguïté de ces déclarations devraient être ainsi entendu par le gouvernement chinois".

Les discussions entre les représentants du Dalaï Lama et Beijing se sont arrêtées après que Pékin a reçu avec dérision le "Mémorandum sur l'Autonomie Véritable pour le Peuple Tibétain" soumis par les tibétains lors de la huitième session de discussions en octobre 2008.

La Chine continue d’insister sur le fait que la porte est toujours ouverte pour les discussions.

Cependant, du côté tibétain, on dit que les chinois n'ont pas été sincères dans les discussions qui ont eu lieu depuis 2002, et on prétend que le gouvernement de Pékin a rejeté le mémorandum proposé sans donner d'explications juridiques ou raisonnées.

Le Groupe de Travail pour le Tibet, une organisation mise en place en 1999 principalement pour aider les représentants du Dalaï Lama dans leurs discussions avec les représentants du gouvernement chinois, se serait réuni récemment à Dharamsala, le siège du gouvernement tibétain en exil, pour réfléchir sur des façons de briser l'impasse et reprendre les discussions avec les responsables chinois.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank