Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

La venue du dalaï-lama en Suisse fait polémique

31 juillet 2009

T.S.R 30 Juillet 2009
Le dalaï-lama arrive mardi en Suisse pour une visite de cinq jours, durant laquelle il passera par Lausanne et Genève. Ni le Conseil fédéral, ni le Conseil d'Etat genevois n'a prévu de le rencontrer. Les autorités, accusées de complaisance envers la Chine, subissent la critique.
Le leader tibétain a été invité par le centre bouddhiste de Lausanne les 4 et 5 août pour donner deux conférences publiques, déjà complètes, à la patinoire de Malley. Tout discours politique devrait y être soigneusement évité. Il se rendra ensuite à Genève pour une conférence intitulée "Finding common ground", qui réunira du 6 au 8 août des intellectuels chinois et tibétains.

Objectif: promouvoir une "meilleure compréhension entre les deux communautés" et "trouver des solutions pacifiques à la question tibétaine". Après quoi, le dalaï-lama prendra l'avion pour regagner New Dehli.

Pas d'accueil officiel à Genève
A Lausanne, les conseillers d'Etat Pascal Broulis et Philippe Leuba, ainsi que le chancelier Vincent Grandjean représenteront les autorités cantonales vaudoises et s'occuperont des "usages protocolaires de bon accueil". Les discussions porteront sur les questions religieuses et la communauté tibétaine du canton de Vaud.

En revanche, aucun membre du Conseil fédéral ou du Conseil d'Etat genevois ne rencontrera le dalaï-lama. "Ce sont des lâches!" se fâche le conseiller national Oskar Freysinger (UDC/VS), vice-président du groupe parlementaire Suisse-Tibet. Ce groupe avait adressé le 9 juillet une lettre "invitant le Conseil fédéral à recevoir officiellement le dalaï-lama".

Il remarque que "la population suisse a constamment exprimé l'importance qu'elle accorde à la solidarité avec le Tibet". Le groupe parlementaire Suisse-Tibet rencontrera le dalaï-lama lors de sa prochaine visite en Suisse, en avril 2010.

"Prosternation" face à la Chine
Le président du groupe, Mario Fehr (PS/ZH), va plus loin, parlant lui de «prosternation» du Conseil fédéral face à la Chine. "Leurs explications sont ridicules: les conseillers fédéraux peuvent aller rapidement à Lausanne avec des hélicoptères. Pascal Couchepin pouvait aussi rencontrer le dalaï-lama en tant que ministre de la culture", comme il l'avait fait en 2005.

Pour lui, "la Chine a fait pression sur le gouvernement" à cause de futurs accords économiques entre la Suisse et la Chine. Le gouvernement, pourtant, se défend: Pascal Couchepin invoque des problèmes d'emploi du temps, entre ses vacances et le Festival de Locarno, qui débutera le 5 août.

Interrogée à la mi-juillet par la Radio suisse romande (RSR), Micheline Calmy-Rey avait elle démenti toute pression chinoise et assuré que le gouvernement avait "cherché une solution qui corresponde au degré et à la personnalité du dalaï-lama".

Ainsi, la présidente du Conseil national Chiara SimoneschiCortesi, la première citoyenne de Suisse, rencontrera le matin du 6 août le dalaï-lama à Lausanne. Selon le service du parlement, il n'y aura pas de discussion politique.
Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank