Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Si nous voulons contribuer à l’avènement d’un avenir plus heureux, plus stable et plus civilisé, chacun de nous doit cultiver un sentiment sincère et chaleureux de fraternité. »

Genève: Le dalaï-lama veut «une solution réaliste» pour le Tibet

9 août 2009

Swissinfo 6 Aôut 2009

http://www.swissinfo.ch/fre/recherche/Result.html?siteSect=882&ty=nd&sid=11047022

A Genève pour ouvrir une conférence pour le dialogue sino-tibétain, le dalaï-lama a insisté sur la non violence et le maintien du Tibet en Chine, avec un statut d'autonomie.
Critiquée par un certain nombre de Tibétains, cette stratégie est peu à peu payante, a estimé le chef spirituel. En un an, il a rencontré des centaines d'intellectuels chinois qui ont exprimé leur solidarité envers la cause tibétaine. «Un tel résultat ne s'obtient pas par la violence», a-t-il souligné.

Le Tibet demande à être autonome dans le cadre autorisé par la République populaire de Chine, a ajouté le dalaï- lama.

Pékin a tout intérêt à trouver une solution à la crise tibétaine, selon le Prix Nobel de la paix 1989. Car le Tibet est important pour l'image de la Chine.

La conférence de deux jours organisée à Genève vise à toucher la population chinoise. Une centaine de représentants de la société civile chinoise et tibétaine y participent, surtout issus de la diaspora.

Le matin, le dalaï-lama a donné une première conférence de presse en chinois de laquelle étaient exclus les médias occidentaux. Ensuite, devant les journalistes occidentaux, le dalaï-lama a relevé le double langage de certains dignitaires chinois qui le critiquent en public tout en affichant sa photo sur leur téléphone portable, signe de leur adhésion au bouddhisme. Outre le besoin de spiritualité, l'avenir de la Chine ne peut être que démocratique. «C'est logique», a-t-il dit.

Auparavant, lors de sa rencontre avec la présidente du Parlement Chiara Simoneschi, le dalaï-lama a demandé le soutien de la Suisse par rapport au réchauffement climatique, qui fait peser sur le Tibet «une menace plus grave que la menace politique». La fonte des glaciers himalayens aurait des conséquences catastrophiques dans cette région où naissent les grands fleuves.

«Nous avons évoqué les nombreuses valeurs qu'ont en commun le christianisme et le bouddhisme: l'amour pour le prochain, le respect, la tolérance, la non violence», a relaté Mme Simoneschi.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank