Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

Taiwan: Le dalaï lama s'estime "toujours prêt à retourner au Tibet"

7 septembre 2009

La Croix 4 Septembre 2009

http://www.la-croix.com/afp.static/pages/090904031745.nkl2ktqe.htm

Le dalaï lama, chef spirituel des Tibétains, en exil en Inde, a affirmé vendredi qu'il était "toujours prêt à retourner au Tibet", au dernier jour d'une visite à Taïwan qui a provoqué le courroux de Pékin.
"Nous sommes toujours prêts à retourner au Tibet. Bien sûr, chaque Tibétain continue à penser de la sorte", a déclaré le dalaï lama aux journalistes, à son arrivée à l'aéroport de Taipei, avant de quitter Taïwan.
Devenu un symbole pour les opposants au régime chinois, le 14ème dalaï lama, 74 ans, vit en exil en Inde depuis qu'il a fui le Tibet après l'échec d'un soulèvement anti-chinois à Lhassa en 1959.
Les autorités chinoises l'accusent de rechercher l'indépendance du Tibet, ce qu'il récuse.
Chef religieux, mais aussi homme politique pragmatique, il a renoncé depuis longtemps à l'indépendance du Tibet, envahi puis annexé par la Chine en 1950-1951, et opté pour une diplomatie dite de la "voie moyenne" consistant à réclamer une large "autonomie culturelle".
Arrivé dimanche à Taïwan, le dalaï lama a répété que sa visite, durant laquelle il s'est déplacé dans le sud de l'île ravagé par le typhon Morakot, était uniquement à but humanitaire et ne revêtait aucune dimension politique.
Peu après son arrivée, le gouvernement chinois a averti que cette visite allait "nécessairement avoir une influence négative sur les relations entre la Chine continentale et Taïwan".
Avant son arrivée sur l'île nationaliste, que la Chine considère comme une de ses provinces, Pékin avait exprimé "résolument" son opposition à ce déplacement.
Taïwan est séparé de fait de la Chine communiste depuis 60 ans.
Les relations se sont cependant nettement réchauffées depuis l'arrivée au pouvoir en 2008 du président Ma Ying-jeou, membre du Kuomintang (KMT), parti nationaliste, qui s'est engagé à resserrer avec Pékin des liens mis à mal par son prédécesseur pro-indépendantiste. 
Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank