Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Je reste attaché au dialogue. Je suis en effet fermement convaincu que le dialogue et la volonté d’examiner clairement et honnêtement la réalité du Tibet peuvent nous conduire à une solution viable. »

Vaclav Havel critique la réticence d'Obama à rencontrer le dalaï-lama

18 octobre 2009

A.F.P 12 Octobre 2009

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ipedOhc2In2dmcuvpfTh0Gqyx5TA

PRAGUE — L'ancien président tchèque Vaclav Havel, artisan de la chute du communisme dans son pays en 1989, a critiqué lundi la réticence du président américain Barack Obama à rencontrer le dalaï lama lors de la visite de celui-ci aux Etats-Unis.
"Si le frais émoulu Prix Nobel de la paix reporte cette rencontre pour après sa visite en Chine continentale, il fera ainsi un tout petit et discret compromis, un compromis qui a peut-être une certaine logique", a déclaré M. Havel au cours d'une conférence internationale, Forum 2000.
"Pourtant, une question se pose de savoir si justement ces petits et discrets compromis, plus ou moins logiques, ne constituent pas une origine primordiale, un prélude, une première petite source des grands compromis fatals", a ajouté M. Havel.
Dans le même temps, l'ex-président tchèque a regretté de voir la communauté euro-atlantique mettre en exergue des intérêts économiques, alors que les droits de l'Homme ne sont, selon lui, qu'une "cerise sur le gâteau".
M. Havel, qui avait passé avant 1989 cinq ans en prison communiste, a toujours manifesté un grand intérêt pour la cause tibétaine. Durant son mandat présidentiel de 1989 à 2003, il s'est entretenu à plusieurs reprises avec le chef spirituel tibétain.
En 2005, le dalaï lama lui a remis pour son engagement le prix "Lumière de la vérité".
A Washington, une partie de la classe politique reproche à M. Obama de ne pas avoir prévu de recevoir le chef spirituel tibétain. Le président américain doit se rendre à Pékin en novembre, or la Chine s'oppose à tout contact entre des dirigeants étrangers et le dalaï lama qu'elle considère comme un séparatiste.
La Maison Blanche a annoncé que M. Obama rencontrerait le dalaï-lama avant la fin de l'année, démentant que l'administration américaine ait cédé aux pressions de la Chine.
Le dalaï lama, lui, a assuré ne pas être "déçu" de ne pas rencontrer le président Barack Obama à l'occasion de sa visite à Washington.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank