Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Compassion et tolérance ne sont pas des signes de faiblesse mais de force. »

Un militant chinois, refoulé par son pays, campe à l'aéroport de Tokyo

16 novembre 2009

A.F.P 12 Novembre 2009

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hIMdRcQTePf12b7qFCQckPdsGq-A

TOKYO — Un militant des droits de l'homme chinois campe depuis neuf jours dans le no man's land de l'aéroport de Tokyo, en raison du refus des autorités chinoises de le laisser rentrer dans son pays.
Feng Zhenghu (Photo) est installé depuis le 4 novembre sur un canapé dans la zone de transit précédant les contrôles de l'immigration, dans le terminal 1 de l'aéroport international de Narita (région de Tokyo). Au plan juridique, il n'est pas entré au Japon.
"Cela fait neuf jours et huit nuits que je passe ici. Je n'ai pas eu grand chose à manger ni à boire", a-t-il déclaré. "J'ai un passeport chinois valide pour encore trois ans. J'ai aussi un visa pour le Japon, mais je ne veux pas y rester, je veux rentrer chez moi".
Feng Zhenghu fait partie des militants recensés par l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International, basée à Londres. Il a été emprisonné par le passé pour des motifs politiques, selon Amnesty.
Il a expliqué avoir tenté à huit reprises de regagner la Chine, après un séjour de quelques mois au Japon.
"Quatre fois, les autorités m'ont refoulé à l'aéroport de Pudong à Shanghai. (...) Les quatre autres fois, ce sont les compagnies aériennes japonaises qui ne m'ont pas autorisé à embarquer", a-t-il dit.
"Selon la charte de l'ONU, aucun pays n'a le droit de refuser l'entrée de son territoire à l'un de ses citoyens", a dénoncé M. Feng.
Le militant a expliqué que son avocat avait déposé plainte à la fois contre les autorités de Pudong devant un tribunal de Shanghai, pour lui avoir dénié l'entrée de son pays, et contre les autorités de l'aéroport de Narita pour l'avoir empêché d'embarquer alors qu'il disposait des documents nécessaires.
Il a ajouté avoir dépensé tout son argent pour acheter ses huit billets d'avion pour Shanghai, dont le montant ne lui a pas été remboursé, le laissant sans ressource.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank