Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« La paix ne peut prendre racine tant que les droits de la personne sont bafoués. Comment la paix peut-elle régner alors que le simple fait de dire la vérité constitue un crime? »

Deux Tibétains, étudiants et écrivains, arrêtés à Lanzhou (Chine)

11 avril 2010

France Tibet 7 Avril 2010

http://tibet.fr/site/index.php?itemid=10669 

Traduction : Patrick Bonnassieux , TIBET CHINE ACTUALITE 

http://tibetchineactualite.spaces.live.com 

Les autorités Chinoises ont arrêtés deux étudiants et écrivains tibétains de l'Université du Nord-Ouest des minorités nationales à Lanzhou la préfecture de la province Chinoise du Gansu situé proche du territoire historique du Tibet. Le 6 Avril 2010, selon des sources. Tashi Rabten (nom de plume - Te'urang) et Druklo (nom de plume-Shokjang) ont été arrêtés par 16 fonctionnaires des forces de l’ ordre Chinoises du bureau local de la Sécurité publique de Lhanzou qui sont arrivés à l' internat de l'université et saccagés les chambres des étudiants. Les agents ont confisqué les téléphones cellulaires, ordinateurs portables et les livres des élèves qui ont été choqués par la «violation de la vie privée» par le gouvernement. "Ils ont vérifié nos chambres, des lits, des livres et des tiroirs. Ils ont même pris notre matériel d'étude, a déclaré un étudiant par téléphone.

Tashi a été le rédacteur en chef du magazine littéraire interdit par les autorités Chinoises « Dungri Shar » (Eastern Snow Mountain)  qui évoquait les fait sur les manifestations de Mars 2008 au Tibet, et a également édité une collection de travail appelé " Ecrit avec du sang". Ses  courageux articles avaient conduit à son arrestation en Juillet 2009.. Ses camarades de classe ont dit l'an dernier qu'il avait gagné "le plus grand respect et la popularité parmi les étudiants, les intellectuels et les lecteurs ordinaires au Tibet et considèrent comme un penseur exceptionnel et courageux."


La même source avait dit que les étudiants ont menacé de lancer des protestations contre les autorités Chinoises si elles continuent  l'infraction "de la vie privée des élèves  des perturbations de la vie universitaire sont à prévoir." «Si le gouvernement continue de violer notre liberté d 'expression, la liberté de réunion, la liberté de la pensée "nous ne manquerons pas de protester", un étudiant  .

"Ce qui estarrivé à Lanzhou est une indication claire que le gouvernement chinois tente de violer délibérément la liberté de pensée et d'interrompre la vie scolaire des élèves tibétains dans les écoles intermédiaires et secondaires au Tibet", at-il ajouté.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank