Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Je reste attaché au dialogue. Je suis en effet fermement convaincu que le dialogue et la volonté d’examiner clairement et honnêtement la réalité du Tibet peuvent nous conduire à une solution viable. »

Sommet nucléaire: début des travaux sans incident, rares manifestations

16 avril 2010

De Virginie MONTET et Karin ZEITVOGEL A.F.P 12 Avril 2010 

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gv3y7BqKs1xs9ZyXT2QBHtMNbcwQ?  index=0&ned=fr

WASHINGTON — Des manifestants pro-Tibet et des militants du mouvement religieux Falun Gong étaient une poignée à donner de la voix lundi 12 Avril 2010 à Washington, devant le palais des Congrès placé sous haute surveillance où devait s'ouvrir en fin de journée le sommet sur la sécurité nucléaire ( Photo ) .
Installé devant l'entrée réservée aux médias du palais des Congrès, moins d'une centaine de militants vêtus de jaune et agitant le drapeau tibétain manifestait dans le calme lundi matin.
"Nous voulons demander à Obama de faire pression sur le président (chinois, ndlr) Hu Jintao pour libérer le Tibet parce que si le but de ce sommet nucléaire est de trouver la sécurité mondiale, le Tibet, en tant que nation indépendante pourrait constituer une zone tampon entre deux nations nucléaires", affirmait Tenzin Dolkar, une militante.
"La Chine est coupable, coupable de génocide !", lançaient d'autres "Tibétains" avec des hauts parleurs, regroupés sur une petite place.
Des représentants du mouvement religieux Falun Gong les avaient rejoints distribuant des tracts et méditant pour dénoncer "la persécution chinoise".
Globalement, les débuts de la réunion au sommet sur la sécurité nucléaire se déroulaient sans incident lundi autour du palais des Congrès où devaient converger les délégations de 47 pays, sans compter les multiples rencontres bilatérales en d'autres endroits de la ville.
"Tout va bien, tout est très calme", a indiqué lundi à l'AFP un porte-parole des Services secrets, chargés d'assurer la protection du sommet.
Des camions militaires, des portails amovibles bloquaient les rues sur trois pâtés de maisons autour du vaste "Convention Center" et les autorités avaient prévenu ce week-end les riverains de probables embouteillages provoqués par le ballet de limousines officielles.
"Nous n'avons aucun incident, aucun retard majeur, guère plus que ce que nous aurions vu à une heure de grand trafic habituelle", a indiqué à l'AFP Karyn Leblanc, du département des transports de Washington.
"Nous sommes contents de voir comment cela se passe jusqu'ici. Les gens ont entendu notre message. Soit ils font du télétravail, soit ils ont pris les transports en commun ou d'autres chemins", a-t-elle indiqué.
Washington, qui est régulièrement le cadre de réunions internationales, est habituée aux contraintes de sécurité imposées par l'afflux de délégations de hauts rangs en plein centre ville. La ville a ainsi accueilli de grands événements tels les visites du pape, du dalaï lama, de la Reine Elizabeth ou même l'investiture du président Barack Obama en janvier 2009.
Toutefois le maire Adrian Fenty a souligné la semaine dernière l'importance particulière de ce rendez-vous au sommet: "vu le nombre de dirigeants qui doivent être protégés, c'est certainement un des sommets les plus importants", pour Washington. "Le niveau de sécurité est extrêmement élevé", a-t-il noté.
"Soyez patients avec le hurlement des sirènes", avait averti la chef de la police de Washington, Cathy Lanier.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank