Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Le Canada peut, dans une atmosphère cordiale et constructive, demander au gouvernement chinois de résoudre la situation du Tibet. »

Rama Yade dément avoir posé des conditions pour les JO de Pékin

6 avril 2008

L'Express 5 Avril 2008 http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=68445&1706

Rama Yade, la secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme, a démenti samedi avoir parlé de conditions à la présence du président Nicolas Sarkozy à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin, le 8 août.

Selon la radio Europe 1, qui dit l'avoir eue au téléphone, Rama Yade dément avoir parlé de "conditions" et assure que le journal Le Monde a interprété ses propos dans l'interview qu'il publie ce jour.

"Les trois points cités dans le journal sont des souhaits formulés par son cabinet qui ne s'appliquent pas au chef de l'Etat", a ajouté la radio.

Dans l'entretien paru samedi, Rama Yade explique que le chef de l'Etat "prendra sa décision au regard de l'évolution des événements actuels et s'exprimera après avoir consulté nos partenaires européens, car il parlera alors en tant que président en exercice de l'Union européenne".

"Néanmoins, trois conditions sont indispensables pour qu'il s'y rende", ajoute-t-elle en citant "la fin des violences contre la population et la libération des prisonniers politiques, la lumière sur les événements tibétains et l'ouverture du dialogue avec le dalaï-lama".

Elle précise que le dialogue avec le chef spirituel des Tibétains doit porter sur "la reconnaissance de l'autonomie tibétaine et de l'identité spirituelle, religieuse et culturelle" du peuple tibétain.

Selon Europe 1, avant le démenti de Rama Yade, l'Elysée a également fait savoir que cette déclaration n'engageait pas le président de la République, sans pour autant se désolidariser de la secrétaire d'Etat aux droits de l'homme.

Lors d'une conférence de presse à Paris, Robert Ménard, président de Reporters sans Frontières qui est en première ligne pour demander que les dirigeants politiques du monde entier n'assistent pas à la cérémonie d'ouverture, est revenu sur le démenti de Rama Yade.

"J'aurais aimé que la secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme ait tenu ces propos et que ces conditions aient été exigées mais pour l'instant je ne peux pas commenter des déclarations qui n'ont visiblement pas été tenues", a-t-il dit à Reuters.

Priée de dire, dans l'interview au Monde, si elle sera sur le parcours de la flamme olympique lundi à Paris, Rama Yade répond que ce rôle revient traditionnellement aux ministres des Sports, en l'occurrence Bernard Laporte et Roselyne Bachelot. "Moi, aujourd'hui, j'aimerais plutôt être à Dharamsala" (ville du nord de l'Inde où vit en exil le dalaï-lama), ajoute-t-elle.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank