Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Compassion et tolérance ne sont pas des signes de faiblesse mais de force. »

Valencienne: Le secrétaire du Bureau du Tibet en France: « La patrie des Droits de l'homme doit se bouger les fesses ! »

22 novembre 2010

Cécile Thiébaud - La Voix du Nord 18 Novembre 2010 http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Valenciennes/actualite/Valenciennes/2010/11/18/article_le-representant-du-dalai-lama-etait-hier.shtml

Wangpo Bashi, secrétaire du Bureau du Tibet à Paris, a donné hier soir une conférence 
à l'invitation de la jeune association valenciennoise Phendé Ling (nos précédentes éditions). L'occasion d'évoquer avec lui la situation des exilés tibétains français, leurs espoirs, et leur lutte tranquille pour faire avancer la démocratie.
 
- C'est important de venir en province parler du Tibet ?
 
« La question du Tibet est de mieux en mieux connue, mais au fond ça reste flou pour encore trop de monde. Simplement, je viens porter les valeurs et les ambitions du dalaï-lama, c'est-à-dire son combat pour la démocratie, les Droits de l'homme et la justice, qui passe par une résistance culturelle, philosophique, non violente. Des valeurs qui ont une certaine portée en France, mais il est important que la population en soit bien informée » - Les exilés tibétains ne sont pas très nombreux en France... « Nous ne sommes que 160 000 Tibétains en exil dans le monde, 700 seulement en France, la majorité à Paris  c'est bien peu par rapport aux cinq millions de Tibétains qui vivent sous le joug de la République populaire de Chine. Numériquement, nous sommes très faibles, mais nous ne sommes pas endormis. À Lille d'ailleurs, il existe des associations assez actives. Ici à Valenciennes, c'est une première, c'est bien » - Et Valenciennes a son artiste tibétain, Lobsang Chonzor !
« Oui, c'est une très bonne chose de le voir ainsi partager sa culture artistique. Les gens ont souvent une image idéalisée et même sacralisée de nos arts et coutumes : ce n'est pas uniquement les chants monastiques ! Il existe aussi des artistes laïcs qui font de la flûte, de l'opéra... Ce qui est important, c'est que Lobsang, dans sa maîtrise des arts populaires, se fait le porte-parole de notre communauté, fasse vivre notre culture. Pour chaque Tibétain en exil, il devrait en être ainsi »
- Votre bureau à Paris est un repère pour tous les exilés ?
« Nous avons vocation à informer sur le Tibet, sa culture, son histoire, sa philosophie... Mais il est vrai aussi que nous jouons un rôle d'ambassade officieuse : on ne voit pas les Tibétains aller frapper à la porte de l'ambassade de Chine à Paris pour chercher des papiers (sourire ) ! Il sert aussi de bureau de vote pour les exilés. Une question d'actualité puisque nous renouvelons actuellement notre Parlement en exil ( basé à Dharamsala, en Inde) ».
- Agir par la culture, le partage comme entend le faire l'association valenciennoise, ça marche ?
« Cela participe à sensibiliser la population. Les Français pensent parfois que tout cela ne sert à rien, que la Chine est trop puissante. Mais oui, signer une pétition, hisser le drapeau tibétain, ça sert. C'est comme cela que des ONG comme Amnesty international, Reporters sans frontières obtiennent des résultats. Il ne faut pas que la patrie des Droits de l'Homme ait peur de se bouger les fesses ! Qu'elle capitule devant les dictatures. Et à l'heure de la mondialisation, il est faux de penser que les Chinois n'achèteront plus d'Airbus si les Français sont trop complaisants à notre égard : ils ont tort de vouloir mélanger économie et politique. À long terme, je suis convaincu que le gouvernement chinois respectera ces pays qui se tiennent debout.
Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank