Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« Nous, les Tibétains, aspirons à une autonomie légitime et véritable, un arrangement qui permettrait aux Tibétains de vivre au sein de la République populaire de Chine. »

Tibet: Une none libérée pour raison de santé suite à des tortures

30 novembre 2010

Sauvons le Tibet 28 Novembre 2010 http://www.sauvonsletibet.org/
Le 19 novembre 2010, les autorités du comté de Kardzé ont libéré une nonne ayant de graves problèmes de santé à la suite des coups donnés par des fonctionnaires de la prison pendant deux ans d’emprisonnement.


Le 25 novembre, la radio Voice of  Tibet basée à Oslo (Norvège), citant le moine Tsewang Pema du monastère de Sera, lui même reprenant des sources de Kardzé, annonce que, à sa libération, la nonne, du nom de Taga (Tashi Yangzom ou Yangtso), souffrait de deux fractures à son bras droit, d’une perte d’audition à son oreille droite, de complications respiratoires et de la tuberculose.

Elle serait actuellement en traitement dans un hôpital de Chengdu, capitale de la région Chinoise du Qinghai. Taga a été arrêtée le 20 mai 2008 avec deux autres nones, Achoe et Sochoe, après avoir organisé une manifestation contre le gouvernement Chinois à Dhargay Gonpa. Les trois nonnes appartenaient au couvent de Nyagay Tehor. Achoe est originaire du village de la Rida, Soe Choekyi du village de Lamna et Taga du village de Noekab.

Vers une heure du matin (heure de Pékin) le 20 mai 2008, ces trois nonnes ont entamé une marche depuis leur couvent en direction du comté de Kardzé, distant d’environ 20 km. Elles avaient préparées cette expédition auparavant. Elles ont voulu partir à cette heure afin d’éviter d’être bloquées et arrêtées par les nombreuses forces de l’ordre mais aussi à cause des restrictions sévères de circulation imposées à la population dans cette région.

Vers 9 heures du matin (heure de Pékin), elles ont manifesté près du quartier général des autorités du comté de Kardzé, alors que les gens commençaient à être plus nombreux, partant vers leurs occupations quotidiennes

Les nonnes ont crié des slogans appelant à la liberté au Tibet, au retour du Dalaï Lama au Tibet et à la libération immédiate de tous les prisonniers politiques emprisonnés par les autorités Chinoises. Elles ont été immédiatement arrêtées et détenues par les forces de police du comté et emmenées vers un lieu inconnu.

Puis les trois nonnes ont été enfermées dans un centre de détention à Chengdu, où elles ont été séverement torturées. Sochoe et Achoe ont été libérées lorsque leur état de santé a fait craindre leur décès en prison.

L’arrestation des trois religieuses a eu lieu alors que 12 religieuses du couvent de Drakar, 55 religieuses du couvent de Pang-ri et plusieurs autres religieuses du couvent de Choeling à Ganden dans le comté de Kardzé, avaient été arrêtées pour avoir manifesté.

Avant son arrestation, Taga était une jeune femme très active et joviale. Depuis sa libération, elle évite de parler et de rencontrer qui que ce soit.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank