Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« La paix ne peut prendre racine tant que les droits de la personne sont bafoués. Comment la paix peut-elle régner alors que le simple fait de dire la vérité constitue un crime? »

Un Tibétain recherché par la police Chinoise s'échappe et arrive sain et sauf en Inde

4 décembre 2010

France Tibet 30 Novembre 2010 http://tibet.fr/site/index.php?itemid=12793

Namsa Wangden, originaire de la ville de Kardze Shusor [en chinois, Ganzi] du comté de Kardze, dans la préfecture tibétaine autonome de la province du Sichuan, est arrivé avec sa femme et sa fille dans la ville indienne de Dharamsala au cours de la troisième semaine de novembre, selon un rapport de Radio Free Asia.
Traditionnellement, Kardze relève de la province du Kham, l'une des trois provinces historiques du Tibet. La région est connue pour sa forte identité tibétaine et a été au centre de la dissidence des dernières années; quelques-unes des manifestations les plus agressives du printemps  2008 s'y sont déroulées.
Selon un rapport de Radio Free Asia ( RFA) Wangden était recherché par la police chinoise depuis  plus de deux ans pour avoir participé aux manifestations contre le régime chinois, mais il a réussi à échapper à ses poursuivants.
Wangden précise que lui et les membres de sa famille avaient déjà franchi la frontière du Tibet au Népal début de novembre, avant d'arriver en toute sécurité en Inde.
"Nous sommes arrivés en toute sécurité au centre d'accueil [des réfugiés] à Katmandou au début de novembre. Nous étions toujours préoccupés par les actions de la police népalaise cependant; nous avons rejoint Dharamsala en Inde aussi vite que possible ", at-il dit.
Ces dernières années, sous la pression chinoise, le Népal a commencé à renforcer ses restrictions sur les mouvements et activités des réfugiés tibétains dans le pays, parfois en les renvoyant de force vers la Chine quand ils tentent de traverser la frontière.
Wangden, qui, avec sa famille a traversé le Tibet jusqu'à atteindre le Népal dans un groupe de six candidats à l'exil décrit des forces de  sécurité accrues dans les régions qu'ils traversaient.
« Le nombre de patrouilles frontalières chinoises a considérablement augmenté, et nous avons constaté qu'il est très difficile d'échapper à la détectionajoute-t-il.
«J'avais franchi déjà une fois cette frontière afin de me rendre au Népal. C'était une époque où il était plus facile de le faire, mais maintenant ce fut une autre histoire. Plusieurs casernes ont été construites à la frontière pour  abriter les soldats chinois qui surveillent  la région avec l'aide de caméras mises en place pour cette opération. "
Wangden déclare  que le groupe a réussià passer lors de leur troisième tentative .
«Nous avons aussi  entendu qu'un groupe de huit personnes essayant de traverser après nous, avait été repéré puis arrêté."
 L'histoire de Wangden
Wangden précise que deux ans auparvavant, en 2008, il avait rejoint une manifestation à Kardze, en appelant avec d'autres Tibétains à une plus grande liberté et demandant le retour du leader tibétain, le Dalaï Lama.
Il raconte que les forces chinoises ont réagi en utilisant des barres de fer et des bâtons, et avaient même ouvert le feu sur les manifestants tibétains.
“ Un ami a crié que nous devions fuir, mais il ne pouvait échapper, et il a été détenu avec 12 autres Tibétains", se rappelle t-il-il de ce jour terrible.
Wangden  raconte qu'il s'etait échappé dans la forêt et avait voyagé vers Nyagrong, un comté voisin, où il est resté camouflé dans la forêt pendant environ quatre mois. Il avait dû passer plusieurs jours sans manger, avant de rejoindre un groupe de nomades tibétains qui vivaient dans la région.
Après avoir pu atteindre la capitale tibétaine Lhassa avec l'aide d'un ami et avoir été rejoint par sa famille, Wangden  décidait alors  de passer au Népal, voyageant avec sa femme et sa fille et d'autres Tibétains, par la route qu'il connaissait déjà .
“Je fuis depuis près de trois ans ” dit-il.
L'histoire de Wangden est tout à fait similaire à celle de Tsewang Dhondup, qui a lui aussi échappé avec  succès, en compagnie de son frère, jusqu'en Inde en 2009, près d'un an après les troubles au Tibet de 2008.
Comme Wangden, Tsewang est originaire de la région de Kardze et a pris part à des manifestations similaires avant de finalement réussir à s'enfuir en exil, après s'être aussi caché dans les forêts pendant plusieurs mois.
Des troubles à grande échelle contre la domination chinoise au Tibet ont éclaté en 2008, provoquant l'embarras officiel avant les Jeux Olympiques de Pékin en août 2008.
Le Gouvernement Tibétain en exil (TGIE ) estime qu'au moins 220 Tibétains ont été tués lors de ces manifestations et que près de 7000 personnes seraient détenues dans la répression qui a suivi à l'échelle régionale.

Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank