Abonnez-vous à notre liste d'envoi

« La paix ne peut prendre racine tant que les droits de la personne sont bafoués. Comment la paix peut-elle régner alors que le simple fait de dire la vérité constitue un crime? »

Disparition de Claude B. Levenson Amie du Peuple Tibétain Une quête de vérité et de liberté

17 décembre 2010

Transmis par l' association Drome Ardeche Tibet :

L’incinération de Claude B. Levenson aurait lieu à Lausanne dans la plus stricte intimité vendredi 17 décembre à 16 heures. Alors, pensez à elle particulièrement à ce moment, en la remerciant d’avoir été ce qu’elle fut dans ses actions.
 
--------
 
Disparition de Claude B. Levenson Amie du Peuple Tibétain Une quête de vérité et de liberté
Par Jean Verneuil  15 Décembre 2010
 
C'était en début d'année en Inde du nord-est : comme bien d'autres fois elle assistait à l'enseignement que donne traditionnellement le Dalaï-lama devant des centaines de milliers d'Indiens. Le dernier jour de cet enseignement, le leader tibétain lui a fait signe de s'asseoir à ses côtés. C'est cette image que ses amis devraient conserver de Claude B. Levenson, femme discréte et compétente, amicale et précieuse dans ses écrits et ses essais, dans sa lettre mensuelle comme dans sa relation avec les autres.
Lundi soir à Lausanne l'écrivaine militante des droits de l'homme s'est éteinte vers 22 h 30 en ayant près d'elle une statuette de Bouddha que lui avait justement offerte le Dalaï-lama et ayant à ses côtés son époux et compagnon de toujours Jean-Claude Buhrer. Sereine après avoir lutté près d'un semestre contre la maladie et supporté avec courage et stoïcisme des traitements épuisants.
Voici partie une militante des droits de l'homme, amie du Peuple tibétain, amie du Dalaï-lama, des grands lamas et résistants à l'oppression chinoise, mais peut-être plus encore amie de la justice et de la vérité, de la liberté et du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.
Ecrivaine bouddhiste, essayiste, traductrice, journaliste, Claude était dans la rigueur d'une recherche militante, défenseure des droits de l'homme. D'un ton égal sans élever la voix, sans laisser place à aucune impatience ou colère, dans ses conférences, livres, chroniques et lettres mensuelles, elle démontait avec vigueur pas à pas, les sophismes et arguties de la propagande chinoise tentant de faire passer pour une libération pacifique l'annexion pure et simple par les armes d'un Etat souverain, et pour une contrée devenue paradisiaque, ce Tibet sous la botte, exploité sans relâche depuis plus d'un demi-siècle comme colonie de peuplement et d'exploitation; mis en coupe réglée; nié enfin en tant que nation de façon absolue, victime d'un génocide humain et culturel.
Avec son époux, journaliste au quotidien "Le Monde", Claude a parcouru la planète, signé ou co-signé avec lui de multiples ouvrages consacrés à la Birmanie, au Guatémala, à l'ONU et aux Droits de l'homme, à Aung San Suu Kyi ou Sergio Vieira de Mello, au bouddhisme et bien entendu au Dalaï-lama, son entourage et ses multiples tentatives de négocier les termes d'une autonomie réelle avec les responsables de la RPC. Et puis à côté de tout cela, il y avait aussi la présence discrète et encourageante de Claude et son mari, un peu partout en Europe à l'occasion d'enseignements donnés par le Dalaï-lama, de conférences, de manifestations d'associations, de rencontres internationales de groupes de soutien au Tibet, à Paris, Zurich ou Lausanne, de Bruxelles à Turin, de Bordeaux à Pragues. Une présence si précieuse qui va cruellement manquer à tout le courant militant européen.
 
Revenant toujours vers cette communauté tibétaine en exil qui principalement depuis l'Inde, ambitionne de perpétuer la nation tibétaine, sa culture, sa langue et sa religion, en exil et malgré l'exil. Elle a aussi séjourné fréquemment au Tibet, dans la Région dite autonome du Tibet et dans les régions tibétaines orientales du Kham et de l'Amdo intégrées aux provinces chinoises. Jusqu'à ce que le régime chinois, l'informatique aidant, fasse un jour le lien entre cette touriste tranquille et l'auteur de "Tibet otage de la Chine" et lui refuse tout visa.
Bureau National du CCT 1425, boul. René-Lévesque Ouest, 3e étage, Montréal (Québec) H3G 1T7 Canada
T: (514) 487-0665   ctcoffice@tibet.ca
Développé par plank